Réchauffement climatique : Les jeunes dans le monde profondément anxieux, selon une étude

PESSIMISME Une nouvelle enquête mondiale témoigne de la détresse psychologique de nombreux jeunes face au changement climatique et l’inaction des gouvernements

M.F
— 
Des jeunes manifestent pour le climat à Paris le 19 mars 2021.
Des jeunes manifestent pour le climat à Paris le 19 mars 2021. — Gabrielle CEZARD/SIPA

Quand l’avenir de la planète angoisse les jeunes. Selon une enquête menée dans dix pays par l’Université de Bath en collaboration avec cinq universités, près de 60 % des jeunes de 16 à 25 ans se disent très inquiets ou extrêmement inquiets face au changement climatique. La vie quotidienne de 45 % des 10.000 personnes interrogées serait affectée par ces sentiments anxieux vis-à-vis du climat et pour trois quarts d’entre elles, l’avenir est effrayant. Difficile de trouver un peu d’optimisme dans cette étude où plus de la moitié des jeunes interrogés pensent que l’humanité est vouée à l’échec, condamnée. Résultat :  quatre sur dix hésitent à avoir des enfants.

Par ailleurs, de nombreuses personnes se sont dites tristes, effrayées, anxieuses et ressentent de la peur, de la colère, du désespoir, du chagrin et de la honte. « C’est différent pour nous – la destruction de la planète nous impacte personnellement », témoigne un jeune de 16 ans. Pour les auteurs de l’enquête, présentée comme la plus importante du genre, le stress chronique causé par le changement climatique augmenterait les risques de problèmes mentaux et physiques pour ces jeunes qui à cette tranche d’âge se développent psychologiquement, socialement et physiquement. Cet impact sur leur santé sera d’autant plus important si les phénomènes météorologiques violents s’aggravent.

« Abandonnés et trahis par les gouvernements »

Nombreux sont ceux également à se sentir trahis, ignorés et abandonnés par les adultes et les politiciens dont les gouvernements ne répondent pas de manière adéquate à l’urgence environnementale selon eux. « Cela montre que l’éco-anxiété (l’anxiété à l’égard de l’écologie) n’est pas uniquement liée à la destruction de l’environnement, mais qu’elle est inextricablement liée à l’inaction du gouvernement face au changement climatique. Les jeunes se sentent abandonnés et trahis par les gouvernements », a expliqué à BBC News l’auteure principale du rapport, Caroline Hickman de l’Université de Bath.

Les auteurs du rapport, qui sera publié dans la revue Lancet Planetary Health, affirment que les niveaux d’anxiété semblent être les plus élevés dans les pays où les politiques climatiques gouvernementales sont considérées comme les plus faibles. C’est dans l’hémisphère sud que l’on s’inquiétait le plus. Le pays riche le plus inquiet est le Portugal, qui a connu cette année de violents incendies de forêt répétés. « Les jeunes ne se contentent pas de lire des news sur le changement climatique dans les médias, ils le regardent se passer devant leurs propres yeux », a déclaré à la BBC Tom Burke, membre des auteurs.

L’enquête a été réalisée au Royaume-Uni, en Finlande, en France, aux États-Unis, en Australie, au Portugal, au Brésil, en Inde, aux Philippines et au Nigéria. Les chercheurs se sont dits émus par l’ampleur de la détresse des jeunes. L’un d’entre a notamment déclaré : « Je ne veux pas mourir, mais je ne veux pas vivre dans un monde qui ne se soucie pas des enfants et des animaux ».