Pesticides : Nicolas Hulot prend acte des engagements d’Emmanuel Macron pour une « sortie accélérée »

BIODIVERSITE Lorsque la France assurera, au premier semestre 2022, la présidence tournante de l’UE, le président compte porter « une initiative forte » en la matière

20 Minutes avec AFP
— 
Nicolas Hulot à Rennes le 15 décembre 2020.
Nicolas Hulot à Rennes le 15 décembre 2020. — C. Allain / 20 Minutes

La promesse d’Emmanuel Macron, vendredi à Marseille, de s’engager à porter «  une initiative forte (…) de sortie accélérée des pesticides », quand la France assurera au premier semestre 2022 la présidence tournante de l’Union européenne, a fait réagir Nicolas Hulot. L’ancien ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé mardi « prendre acte » de cette annonce. Il y voit d’ailleurs « la première chose efficace » à faire pour la France pour préserver la biodiversité.

« Le président a annoncé [vouloir] accélérer la sortie des pesticides. Il n’était pas à un stade où il pouvait donner des détails sur le calendrier sur les moyens etc. Mais à ce stade on prend acte », a déclaré Nicolas Hulot en marge de l’inauguration du Congrès mondial de la bio à Rennes, dont il est le parrain.

Le combat pour les « clauses miroirs »

Cette annonce d'Emmanuel Macron « c’est très important parce que ce que nous disent les scientifiques, c’est que sous nos latitudes, les pesticides sont l’une des premières causes de l’érosion de la biodiversité », a rappelé le président de la Fondation Nicolas Hulot. « Si la France veut faire quelque chose, la première chose qu’elle peut faire d’efficace c’est effectivement d’accélérer le calendrier. »

Selon Nicolas Hulot, cette accélération doit être « assortie d’une deuxième condition, sur laquelle [le président] s’est engagé et nous en prenons acte : c’est se battre pendant la présidence française de l’UE pour la mise en place de clauses miroirs » aux frontières de l’Union contre la concurrence déloyale.

Invitée au Congrès, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a notamment plaidé pour « un ou une ministre de la Transition écologique dans tous les pays ». Et, selon elle, « ce ministère devrait inclure l’Agriculture, j’en suis persuadée ». Nicolas Hulot a en outre adressé à la ministre un « encouragement » en clôture de la cérémonie d’ouverture. « Cela fait longtemps que je dis que si l’on veut raisonnablement, efficacement, traiter la Transition écologique, il faut des adaptations démocratiques. On ne peut pas avoir en permanence deux ministères qui soient en conflit », a-t-il expliqué.

Le Congrès mondial de la bio, dont c’est la 20e édition, se tient jusqu’à vendredi. Quelque 2.000 personnes, d’une cinquantaine de pays, se sont inscrites pour participer à ce congrès en présentiel et en distanciel.