Haute-Garonne : Non, on ne peut pas faire gagner des poissons rouges vivants

ANIMAUX L’association animaliste Paz a demandé à la mairie de Saint-Gaudens, dans la Haute-Garonne, de faire retirer les poissons rouges vivants offerts comme lots sur les stands de pêche aux canards de sa fête foraine

Hélène Menal
— 
Un poisson rouge. Illustration.
Un poisson rouge. Illustration. — PixaBay
  • Une association animaliste s’est émue dimanche de voir des poissons rouges vivants offerts comme lots sur les stands de pêche aux canards de la fête foraine de Saint-Gaudens, dans la Haute-Garonne.
  • La municipalité a « fait le nécessaire ».
  • Offrir des animaux vivants dans ce contexte est en effet interdit par le Code rural.

Un grand classique des fêtes foraines : on pêche plein de canards en plastique et on repart avec son poisson rouge bullant dans un sac en plastique transparent. Sauf que les temps changent. Les amis des animaux se font plus vigilants. Pour preuve, le courrier envoyé dimanche par l’association animaliste Paz au maire de Saint-Gaudens, où la fête bat son plein pour une semaine encore et où les meilleurs pêcheurs en culottes courtes ont reçu le week-end dernier pour lots des poissons rouges vivants.


Alertée par un habitant choqué, vidéos à l’appui, l’association – qui a aussi alerté les services vétérinaires – a donc demandé au maire de la commune d’intimer aux responsables des stands et aux organisateurs des festivités de « retirer les poissons rouges des lots proposés ». Pas seulement parce que leur sort émeut. Mais aussi parce que c’est la loi.

« Moins d’empathie pour les poissons »

Les articles L214-4 et L214-7 du Code rural interdisent en effet, en dehors des foires animalières ou agricoles, de telles récompenses. « On a en général moins d’empathie pour les poissons que pour les animaux terrestres, mais nous les défendons aussi, explique Amandine Sanvisens, cofondatrice de Paz, à 20 Minutes. Si on veut faire avancer la législation sur le bien-être animal, autant commencer par faire respecter les lois qui existent déjà ». « Les animaux ne sont pas des jouets ! », poursuit la militante, déplorant qu’on donne encore ce type de signaux à des enfants.

Sollicitée, la mairie de Saint-Gaudens indique avoir « fait le nécessaire », après avoir reçu le courrier de l’association animaliste. Elle est allée à la rencontre des organisateurs pour rappeler cette interdiction méconnue, et qui, c’est sûr, devrait surprendre d’autres collectivités ou comités des fêtes.

Déjà au mois de juillet, l’association avait réclamé la fermeture d’un manège à poneys dans une autre commune de Haute-Garonne, Labarthe-sur-Lèze. Mais ce type d’attraction est pour l’heure tout à fait légal.