Espagne : Des pluies diluviennes font de lourds dégâts mais pas de victimes

CATASTROPHE NATURELLE Des automobilistes ont été piégés dans leur voiture, tandis que 83 personnes ont dû être évacuées

M.F avec AFP
— 
Une femme nettoie la boue après une inondation dans une ville balnéaire d'Alcanar, dans le nord-est de l'Espagne, le jeudi 2 septembre 2021.
Une femme nettoie la boue après une inondation dans une ville balnéaire d'Alcanar, dans le nord-est de l'Espagne, le jeudi 2 septembre 2021. — Joan Mateu Parra/AP/SIPA

« On avait l’impression que c’était la fin du monde ». C’est ainsi que Joan Roig, le maire d’Alcanar, a décrit les trombes d’eau qui sont tombées sur sa ville mercredi. Décrites comme « très exceptionnelles » par les autorités de Catalogne (nord-est), les précipitations tombées mercredi en l’ Espagne ont ravagé certaines villes et laissé jeudi d’impressionnants dégâts.

Des scènes de véhicules emportés par les flots, rues transformées en torrents de boue ont été observées dans plusieurs villes où les forces de l’ordre sont venues à la rescousse d’automobilistes piégés dans leur voiture tandis que 83 personnes ont dû être évacuées de leur domicile qu’elles devaient regagner jeudi. Aucune victime n’a été à déplorer.

« Conséquence de l’urgence climatique »

Lors d’un déplacement à Guadalajara (centre), le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a exprimé sa « solidarité » avec les victimes de « ces crues terribles » qui sont une « conséquence de l’urgence climatique ». Dans la région voisine de Valence, le déluge a troublé l’organisation des Fallas, fêtes mettant en scène des défilés de chars et figurines géantes en carton-pâte.

La situation météorologique continuera « d’être compliquée sur plusieurs zones du centre et de l’est » dans les prochaines heures, a mis en garde Ruben del Campo, porte-parole de l’agence nationale de météorologie (AEMET). Il a par ailleurs expliqué que le changement climatique rendait ces phénomènes extrêmes plus fréquents en Espagne, en particulier sur la côte méditerranéenne.

Des inondations bientôt deux fois plus meurtrières

En septembre 2019, sept personnes sont décédées lors de crues dans le sud-est du pays et, en 2018, treize personnes sont mortes sur l’île de Majorque, dans l’archipel des Baléares. Avec le réchauffement de la planète, l’atmosphère contient plus de vapeur d’eau, augmentant les risques d’épisodes de fortes précipitations, selon les scientifiques. Ces pluies, associées à d’autres facteurs liés notamment à l’aménagement du territoire, favorisent les inondations.

Sans mesures d’adaptation, avec un degré de réchauffement supplémentaire, les inondations vont tuer deux fois plus de personnes que par rapport à la fin du XXe siècle, selon un projet de rapport des experts climat de l’ONU (Giec).