Internet pourrait tomber en panne à cause d'une grosse tempête solaire, selon une étude

METEO Une universitaire américaine a estimé qu'en cas de puissante éruption solaire, Internet pourrait être indisponible pendant plusieurs mois, notamment à cause de la vulnérabilité des répéteurs

20 minutes avec agence
— 
Illustration d'une personne naviguant sur Internet.
Illustration d'une personne naviguant sur Internet. — fancycrave1

La professeure d’informatique Sangeetha Abdu Jyothi a évoqué la semaine dernière les dramatiques conséquences qu’aurait une tempête solaire majeure sur les connexions Internet dans le monde. Dans son intervention au cours de la conférence virtuelle SIGCOMM 2021, la spécialiste américaine a notamment estimé que les câbles sous-marins qui alimentent la plupart des régions du monde seraient fortement endommagés.

La version écrite de l’étude de la chercheuse fait état de possibilités de « coupures de connexions Internet à grande échelle sur l’ensemble de la planète pendant une durée de plusieurs mois ». Elle a expliqué que l’analyse de « données concrètes et avérées » montrait que les câbles tirés au fond des océans étaient plus fragiles que les équipements terrestres.

Les installations américaines en ligne de mire

Sangeetha Abdu Jyothi a aussi estimé que, en cas de forte tempête solaire, les installations américaines s’avéreraient plus exposées que les installations asiatiques. « Les Etats-Unis présentent un risque de déconnexion plus élevé », a-t-elle écrit. L’experte a par ailleurs prédit de plus gros dégâts dans les zones situées à l’extrême-nord et l’extrême-sud du globe, où les orages magnétiques sont les plus intenses.

Dans ses recherches relayées par le site 01Net, la professeure en sciences de l’informatique a expliqué que la complexité des opérations de réparation sous l’eau provoquerait des interruptions de longue durée. La fibre optique dans laquelle circulent les données résisterait aux puissants courants magnétiques générés par une éruption solaire d’envergure.

Des pics d’intensité dépassant 100 ampères ne gêneraient pas son fonctionnement mais les répéteurs ne peuvent en revanche pas supporter du courant supérieur à 1 ampère. Ces émetteurs-récepteurs espacés de 50 à 150 km le long des câbles immergés sont pourtant capitaux. Le dysfonctionnement d’un seul d’entre eux rend en effet l’ensemble de la connexion impossible.