Brésil : Une nouvelle espèce de ouistiti identifiée en Amazonie par des chercheurs

PRIMATES Nommé ouistiti de Schneider ou « Mico Scheinderi », l’animal était déjà connu depuis les années 1990 mais était jusqu’ici confondu avec une autre espèce

20 minutes avec agence
Une main de singe (illustration).
Une main de singe (illustration). — Pixabay / cocoparisienne

D’après une étude publiée ce mois-ci dans la revue Scientific Reports, un groupe de chercheurs vient d’identifier une nouvelle espèce de ouistiti dans l’Amazonie brésilienne. La découverte a été faite par l’équipe de Rodrigo Costa-Araújo, un scientifique associé au Museu Paraense Emílio Goeldi, rapporte Geo, mardi.

Nommé ouistiti de Schneider ou Mico Scheinderi, l’animal était déjà connu depuis les années 1990 mais était jusqu’à présent confondu avec une autre espèce : le ouistiti Mico emiliae. Les chercheurs ont finalement réussi à faire la distinction grâce notamment à une expédition sur le terrain ainsi que la collecte de nouveaux échantillons et de nouvelles analyses géographiques.


19 espèces de ouistiti évolueraient actuellement en Amazonie

À première vue, les deux espèces se ressemblent et présentent toutes deux un pelage fauve plus ou moins foncé. Mais selon l’étude des chercheurs, le ouistiti de Schneider, qui mesure environ vingt centimètres de long sans la queue, se démarque grâce à la présence de teintes orangées distinctes au niveau de ses membres. En outre, les deux animaux évoluent dans des zones différentes de l’Etat du Mato Grosso au Brésil.

19 espèces de ouistiti évolueraient actuellement en Amazonie, selon le rapport des chercheurs. Néanmoins, malgré l’ensemble des données relevées sur le terrain, les scientifiques sont dans l’incapacité d’évaluer l’étendue de la population et l’évolution du Mico Scheinderi. Jusqu’à présent, « il n’y a aucune mesure de conservation pour répondre à la perte de l’habitat et aux déclins de population dont les ouistitis sont victimes parce qu’ils sont peu étudiés », déplorent-ils.

Il n’est donc pas possible pour l’heure de déterminer si cette nouvelle espèce de ouistiti est menacée d’extinction. Cela est toutefois probable en raison de l’intense déforestation et des autres modifications que subit leur habitat. L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a classé ces primates dans la catégorie « préoccupation mineure » ou « vulnérable ».