Pays basque : La baignade à nouveau autorisée, ce que l'on sait de l’algue Ostreopsis

ENVIRONNEMENT L’ARS a donné son feu vert ce lundi à la réouverture des plages fermées à la baignade en raison de la présence d’une microalgue toxique

Mickaël Bosredon
— 
Grande plage à Biarritz
Grande plage à Biarritz — imageBROKER.com/SIPA
  • Fermées depuis dimanche en raison de la présence d'une microalgue, les plages de Biarritz, Bidart et Saint-Jean-de-Luz ont rouvert ce lundi après-midi aux baigneurs.
  • L'ARS a donné son feu vert dans la matinée, après les résultats d'analyses.
  • Il s'agirait bien d'une algue de l'espèce Ostreopsis mais dont le genre n'a pas été formellement identifié.

Les plages de la côte basque fermées depuis dimanche en raison de la présence d’une microalgue, ont rouvert ce lundi après-midi, annonce la mairie de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), qui avait fermé toutes ses plages, tout comme les communes de Bidart et Saint-Jean-de-Luz. L'ARS (Agence régionale de Santé) de Nouvelle-Aquitaine a donné son feu vert après avoir reçu l’analyse de tests, mais va poursuivre sa surveillance des eaux de baignade.

Lors d’une réunion entre les autorités qui s’est tenue dans la matinée, il a été confirmé que la microalgue en cause serait bien l’Ostreopsis, mais pas forcément l’Ostreopsis ovata observée en Méditerranée depuis une dizaine d’années. Il pourrait en effet s’agir de l’Ostreopsis siamensis, c’est-à-dire une sous-famille différente, mais le genre n'a pas encore été identifié. Elle se concentre essentiellement du nord de Saint-Jean-De-Luz au sud de Biarritz. Anglet par exemple, est pour le moment épargné.

Surveillance des hôpitaux et de la médecine de ville

Contacté par 20 Minutes, Jean-Philippe Oustalet, responsable des brigades environnementales sur la commune de Biarritz, explique que « selon l’ARS cette algue serait en tout cas moins toxique que celle que l’on trouve en Méditerranée. » « On a rouvert nos plages à 13h30, poursuit-il, et après avoir fait le point à 15h30 avec les six postes de secours, nous n’avons pour le moment aucun retour de baigneur se plaignant de symptômes. Mais nous restons sous vigilance et nous n’hésiterons pas à refermer à la moindre alerte. »

Une surveillance des hôpitaux et de la médecine de ville est aussi mise en place, « cette micro algue pouvant provoquer des symptômes bénins tel que rougeurs ou états grippaux », avertit la municipalité de Biarritz. Le conseiller municipal et médecin Guillaume Barucq confirme, décrivant des symptômes « pouvant mimer ceux d’un Covid léger. »

Déjà observée à Hendaye

Plus que le nombre de personnes potentiellement infectées par la toxine de cette algue, la municipalité de Biarritz avait surtout été alertée par « l’état visuel des eaux de baignade. » « On a vu des nappes d’algues arriver sur les zones de bain [ce week-end], nous avons donc préféré fermer nos plages préventivement » explique Jean-Philippe Oustalet. « Si vous apercevez des algues suspectes (mousse beige en surface), prévenez le poste de secours le plus proche » ajoute la municipalité de Biarritz dans un communiqué ce lundi.

Si elle avait déjà été observée en septembre 2020 sur Hendaye, elle n’avait encore jamais été vue à Biarritz. Reste donc à savoir comment cette algue, d’ordinaire présente dans les eaux chaudes tropicales, se retrouve désormais le long de la côte basque. « On parle de réchauffement climatique, c’est en effet une piste mais cela reste à confirmer » avance prudemment le responsable des brigades environnementales.