Climat : La fin des moteurs thermiques en 2035 concernera-t-elle les véhicules militaires et de secours ? Ce n'est pas prévu !

FAKE OFF Alors qu'en Allemagne et en Belgique, les récentes inondations ont causé la mort de près de 200 personnes, un post viral sur Facebook sous-entend que les véhicules de secours devront eux aussi se plier au tout-électrique en application du plan climat européen

Julie Bossart

— 

Des véhicules militaires lors du défilé du 14-Juillet 2021, à Paris, sur les Champs-Elysées.
Des véhicules militaires lors du défilé du 14-Juillet 2021, à Paris, sur les Champs-Elysées. — Isa Harsin
  • Une photo de véhicules militaires de secours immergés dans une rue inondée circule sur Facebook avec un commentaire ironique : « Cela va être comique d’envoyer des secours avec des véhicules électriques en 2035… ».
  • Une référence à l'ambitieux plan climat présenté par la Commission européenne le 14 juillet, qui prévoit notamment d'interdire les véhicules à moteur thermique à partir de 2035.
  • Cette mesure ne concernera pas les véhicules militaires et de protection civile, nous informe la Commission européenne. A ce stade.
  • Les législateurs ont en effet un an pour finaliser la réglementation.

Un projet qui fait tousser. Le 14 juillet, la Commission européenne a proposé de réduire à zéro les émissions de CO2 des voitures neuves dans l'UE à partir de 2035, ce qui entraînerait l’arrêt de la commercialisation des véhicules à essence et diesel à cette date. Cette mesure, qui fait partie d’un ensemble législatif plus large visant à lutter contre le réchauffement climatique, a fait a fait enrager les constructeurs automobiles. Elle a aussi fait réagir certains internautes.

Le post viral mettant en parallèle les inondations meurtrières en Europe de l'Ouest en juillet 2021 et la volonté de la Commission européenne de faire disparaître les moteurs thermiques à partir de 2035.
Le post viral mettant en parallèle les inondations meurtrières en Europe de l'Ouest en juillet 2021 et la volonté de la Commission européenne de faire disparaître les moteurs thermiques à partir de 2035. - Capture d'écran FB

Un post particulièrement viral met en effet en parallèle le projet de Bruxelles et les inondations qui  ont frappé l'Europe de l'Ouest au cours des derniers jours : on y voit la photo de deux véhicules militaires de secours immergés dans une eau boueuse qui leur arrive, pour le premier jusqu’au capot, pour le second jusqu’au pare-brise. Les deux engins avancent malgré tout sur ce qui semble être une place de quartier transformée en lac. D’après nos recherches, elle a été prise à Kordel, une ville de Rhénanie-Palatinat, dans l’ouest de l’Allemagne, le 15 juillet dernier, et initialement publiée par le district de Trèves-Saarbourg sur son compte Twitter. Dans la publication virale sur Facebook, le commentaire qui accompagne le cliché est ironique : « Cela va être comique d’envoyer des secours avec des véhicules électriques en 2035… »

Mais les véhicules militaires et de secours seront-ils concernés par l’interdiction des moteurs thermiques voulue par la Commission européenne ?

FAKE OFF

Pour le savoir, nous sommes allés à la source (sans mauvais jeu de mots), c’est-à-dire auprès de la Commission européenne, qui nous a répondu que « la proposition de la Commission établissant de nouvelles normes d’émission de CO2 pour les voitures et les camionnettes […] ne propose aucune modification substantielle du champ d’application de ce règlement » en ce qui concerne les véhicules militaires et de secours.

Dans le détail (à retrouver par ici), on apprend que « le champ d’application » de la réglementation européenne porte sur « la surveillance du marché des véhicules à moteur et de leurs remorques ». Or « les véhicules conçus et construits ou adaptés pour être utilisés uniquement par les forces armées ne relèvent pas du règlement » en question. « Pour les véhicules conçus et construits ou adaptés pour être utilisés par les services de protection civile, les pompiers et les forces responsables du maintien de l’ordre public, la législation n’est pas obligatoire. »

Donc, pour résumer, les véhicules militaires et de secours ne sont pas concernés par les mesures envisagées par Bruxelles. Jusqu’à présent, car les propositions de la Commission européenne doivent maintenant être débattues par le Parlement européen et les Etats membres. Débats qui dureront plusieurs mois.