Bretagne : Le projet de ferme à saumons géante fait des remous à Guingamp

ELEVAGE Le conseil d’agglomération a donné son accord au processus de vente du terrain situé à Plouisy à l’entreprise norvégienne Smart Salmon qui prévoit d’y produire 10.000 tonnes de saumon par an

Camille Allain
— 
A Plouisy, près de Guingamp, la société norvégienne Smart Salmon envisage la construction d'un élevage géant de saumons qui fait peur aux acteurs de l'environnement.
A Plouisy, près de Guingamp, la société norvégienne Smart Salmon envisage la construction d'un élevage géant de saumons qui fait peur aux acteurs de l'environnement. — Smart Salmon
  • A Plouisy, près de Guingamp, une entreprise norvégienne veut construire un élevage intensif de saumons.
  • La collectivité a donné son accord pour la vente du terrain de 10 hectares mais fait face aux critiques et aux craintes de plusieurs associations locales.
  • L’entreprise Smart Salmon promet 100 millions d’euros d’investissements et 50 à 100 emplois. Elle tente de rassurer la population sur l’impact environnemental de sa ferme aquacole.

Cela fait des années que le sujet est évoqué dans les couloirs de Guingamp-Paimpol Agglomération. La collectivité s’appelait encore Guingamp Communauté quand elle a vu la société Smart Salmon toquer à sa porte pour se renseigner sur l’achat d’un terrain. Déjà installée à La Roche-Jaudy, l’entreprise norvégienne de pisciculture voulait rester dans les Côtes d’Armor pour y bâtir son nouveau projet d’usine d’élevage de saumons. Après des années de discussions, la collectivité vient de donner son accord pour vendre sa parcelle de dix hectares dans le parc d’activités de Plouisy. Mais depuis ce vote, les voix se font entendre pour contester ce projet. Car il est d’ampleur ! Sur le site, l’entreprise norvégienne espère produire 10.000 tonnes de saumon par an.

Contactés par 20 Minutes, les responsables de Smart Salmon veulent se montrer rassurants quant à leur projet et expliquent leur choix de s’implanter près de Guingamp. « L’un des propriétaires est déjà implanté localement [à La Roche-Jaudy, à 20 km au nord de Plouisy]. Nous avons eu un bon accueil des autorités et le terrain est proche de notre marché et de grandes villes comme Paris. Notre production sera majoritairement vendue en France, mais aussi dans quelques pays limitrophes », explique Petter Bakke, l’un des responsables de Smart Salmon. Sa société prévoit un investissement de plus de 100 millions d’euros pour bâtir son usine d’environ 50.000 m².

A Plouisy, près de Guingamp, la société norvégienne Smart Salmon envisage la construction d'un élevage géant de saumons qui fait peur aux acteurs de l'environnement.
A Plouisy, près de Guingamp, la société norvégienne Smart Salmon envisage la construction d'un élevage géant de saumons qui fait peur aux acteurs de l'environnement. - Smart Salmon

A terme, elle espère y faire travailler 50 à 100 personnes. Un argument de choc dans l’une des zones les plus pauvres de la Bretagne où le taux de chômage dépasse 9 %. « De l’emploi, nous disons évidemment oui, mais pas à n’importe quel prix. Nous avons d’abord vérifié que le projet respectait les normes environnementales, le code de l’urbanisme et la ressource en eau. Le dossier a été étudié par les Domaines, par la préfecture et par la commission locale de l’eau et rien n’a été relevé. Mais on n’est qu’au stade de la vente du terrain », tempère Claire Vidament, directrice de cabinet de Philippe Le Goff.

« Ça reste un élevage géant déconnecté du milieu »

Depuis plusieurs mois, le vice-président délégué à l’économie, aux grands projets et à l’emploi tente de rassurer ceux qui s’inquiètent de voir cette usine de saumons débarquer dans un secteur déjà rodé à l’agriculture intensive. « C’est de l’élevage hors-sol et ça soulève beaucoup d’interrogations », estime Dominique Le Goux, membre de l’association Eau et rivières de Bretagne. Opposée au projet de ferme usine, la militante prévient. « Dans l’imaginaire, le saumon a peut-être une image plus propre que l’élevage de porcs ou de volailles. Mais ça reste un élevage géant qui sera complètement déconnecté du milieu. »

Son association s’inquiète notamment de la ressource en eau, qui fait déjà défaut dans le secteur. Dans le Trieux, le petit cours d’eau voisin, on trouve encore quelques saumons sauvages. Mais ils sont décimés par une maladie encore mal identifiée. Et pas aidés par la saturation des stations d’épuration qui peinent à traiter les eaux usées de l’agglomération. Interrogée, la société Smart Salmon tente de rassurer, expliquant que 600 m³ d’eau seront nécessaires chaque jour mais que cette eau sera retraitée sur place et réinjectée en circuit fermé. « Nous ne laisserons sortir aucune eau polluée. Les boues seront réutilisées pour produire du biogaz que nous utiliserons pour alimenter un potager géant sur les toits », assure Petter Bakke. Un argument qui peine à convaincre l’association Eau et rivières. « L’argument d’un élevage fonctionnant en circuit intégralement fermé est un mythe, les rejets organiques et médicamenteux produits devront bien être traités quelque part », assure Dominique Le Goux.

Pour avoir accès à cette eau déjà si précieuse, la société Smart Salmon envisage soit de puiser sur le réseau, soit de creuser un puits d’alimentation, soit de faire une combinaison des deux. Et elle compte aller vite et affiche son ambition de commencer l’élevage de saumons à l’horizon 2023. Il faudra d’abord passer par un long processus de concertation et une enquête publique. « Le temps d’expression viendra », explique la directrice de cabinet de Guingamp Paimpol Agglomération.