Méditerranée : Vingt ans de surveillance des polluants, dans quel état est la mer ?

ENVIRONNEMENT L’Ifremer a suivi pendant 20 ans l’évolution des polluants en Méditerranée sur une centaine de points côtiers et a livré ses premières conclusions

Alexandre Vella
— 
Méditerranée : Vingt ans de surveillance des polluants — 20 Minutes

Micros plastiques, métaux, contaminants chimiques, l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer), soutenu par l’agence de l’eau, vient de conclure une étude au long cours de surveillance des polluants en mer Méditerranée.

En moyenne, une centaine de points de relevés ont été installés sur la côte tous les trois ans. Prélèvement de sédiments sur le fond, capture de poissons, pêche aux micros plastiques, les chercheurs ont traqué quelque 65 contaminants. La longueur de cette étude avait pour objectif d’évaluer la progression des polluants et livre une conclusion plutôt rassurante. La contamination chimique de la Méditerranée « est stable », note les auteurs de l’étude. « Globalement, la Méditerranée est dans un bon état chimique », a résumé le biologiste Marc Bouchoucha.

90 % des points de relevés présentent des taux de contamination inférieurs aux seuils réglementaires. Avec toutefois quelques points noirs au tableau. La persistance du PCB, produit pourtant interdit dès 1987, la pollution aux abords des anciens sites industriels et des métropoles et l’arrivée de nouvelles substances, notamment des résidus médicamenteux. Les résultats à découvrir de cette étude à découvrir dans notre vidéo.