Crème solaire : Protéger sa peau du soleil et la planète en même temps, c'est possible ! Une association partage ses conseils

A L'EAU Les corps gras des protections solaires restent en surface et ont des impacts sur les fonds marins

Elise Martin
— 
Illustration.  Crème solaire.
Illustration. Crème solaire. — DURAND FLORENCE/SIPA
  • L’association Méditerranée 2000 effectue des campagnes de sensibilisation chaque été sur toutes les plages du littoral.
  • Dans les messages transmis, elle parle des protections solaires et celle de l’environnement.
  • Les crèmes comme les huiles créent une couche imperméable qui empêche la lumière ou l’oxygène de passer jusqu’au fond marin.

Les vacances, la plage, la chaleur, le soleil… Le réflexe serait de se badigeonner de crème pour protéger sa peau. « Le problème c’est que ces produits sont faits à partir de corps gras qui créent une belle mayonnaise, image Amandine Franc, chargé de projet dans l’association cannoise Méditerranée 2000. On va se baigner et on est lessivé par la mer. Mais l’huile et l’eau ne se mélangent pas, ou mal, ce qui crée une couche imperméable sur l’eau. »

Conséquences ? « Ces corps gras qui restent en surface bloquent les échanges entre l’atmosphère et les fonds marins, qui sont directement affectés car il y a moins de lumière et d’oxygène qui leur sont transmis. »

Les bons réflexes à adopter

Cette association cannoise, qui existe depuis vingt ans, a « toujours parlé de ce sujet dans les sensibilisations estivales » qui se déroulent sur toutes les plages du littoral au mois de juillet et août. Amandine Franc développe : « Au fil des années, on voit que les industriels ont commencé à prendre conscience du problème car des marques proposent maintenant des alternatives avec des filtres minéraux plutôt que chimiques par exemple. Mais on voit toujours cette couche arc-en-ciel sur le bord de l’eau, il y a toujours des irréductibles ou des personnes mal informées qui ne se sont jamais posé la question ».

Pour protéger la planète en même temps que sa peau, Méditerranée 2000 préconise « d’éviter les heures les plus chaudes, entre midi et 16 heures, de porter des vêtements comme un tee-shirt anti-UV ou alors d’utiliser des laits solaires, qui restent plus difficiles à trouver mais qui sont moins gras. Il faut surveiller la composition des produits. » La chargée de projet rappelle aussi l’utilité des douches. « Il ne faut pas en abuser, évidemment, mais la fonction première est de pouvoir se laver ou de se rincer avant de se baigner et de cette manière enlever les produits qui se trouvent sur le corps avant d’aller en mer ».

Après plusieurs années à discuter avec les personnes sur les plages, elle conclut : « Il y a un mieux sur l’environnement mais il y a encore du boulot. On reste tout de même positif parce que c’est à travers la médiatisation des messages qu’on peut y croire et adopter les bons réflexes pour notre santé et celle de la planète. »