Brésil : Les incendies déjà dévastateurs en juin, avant la saison sèche

DÉFORESTATION Ces chiffres confirment une tendance, qui, selon les écologistes, est encouragée par les prises de position du président d’extrême droite, Jair Bolsonaro

20 Minutes avec agences
— 
Selon un rapport de plusieurs organisations environnementales, la quasi-totalité de la déforestation en Amazonie brésilienne est illégale.
Selon un rapport de plusieurs organisations environnementales, la quasi-totalité de la déforestation en Amazonie brésilienne est illégale. — AZOURY RICARDO/F4/SIPA

Les incendies en Amazonie brésilienne ont connu le mois de juin le plus dévastateur depuis 2007, ce qui laisse présager une nouvelle saison sèche dramatique pour la plus grande forêt tropicale de la planète, selon des données officielles rendues publiques jeudi. Les satellites de l’Institut national de la recherche spatiale (INPE) ont détecté 2.308 foyers d’incendie, soit 2,3 % de plus qu’en juin l’année dernière (2.248).

Le précédent record pour un mois de juin, qui marque le début de la saison sèche, a été établi en 2007 (3.519 foyers). Un nouveau record depuis 2007 a également été établi en mai avec 1.166 foyers.

Une conséquence de la déforestation

Ces chiffres confirment une tendance, qui, selon les écologistes, est encouragée par les prises de position du président d’extrême droite Jair Bolsonaro favorable à l’ouverture des activités minières et agricoles en Amazonie. « L’augmentation des départs de feu en Amazonie n’est pas une surprise, c’est le résultat d’actions directes qui incitent à l’illégalité et fragilisent les organes de contrôle, comme la réduction de 60 % du budget 2021 pour la surveillance des incendies », déplore l’ONG Institut socio-environnemental (ISA) dans un communiqué.

Sur l’ensemble de l’année 2020, quelque 103.000 incendies ont été recensés dans le biome amazonien, soit une augmentation de 16 % en un an, selon l’INPE. Ces incendies sont la conséquence de la déforestation pour faire place à l’agriculture et à l’élevage du bétail, selon les experts.

Pas de mesures concrètes

Le gouvernement brésilien a publié cette semaine un décret interdisant les brûlis pendant quatre mois et a autorisé l’envoi de l’armée en Amazonie pour lutter contre la déforestation et l’exploitation minière illégale. Deux stratégies qui, selon Greenpeace Brésil, « ont échoué de manière incontestable au cours des deux dernières années ».

Jair Bolsonaro s’est récemment engagé auprès de la communauté internationale à éliminer la déforestation illégale au Brésil d’ici 2030, sans annoncer de mesures concrètes pour atteindre cet objectif. La déforestation en Amazonie a enregistré trois records annuels successifs ces dernières années. Sur la période de référence août-juillet, 9.216 km2 ont été défrichés entre août 2019 et juillet 2020 (+ 34 % sur un an).