Greta Thunberg s’en prend de façon virulente aux dirigeants et entreprises de pays riches

REQUISITOIRE La jeune militante suédoise les accuse d’exploiter la crise climatique pour faire du profit

20 Minutes avec AFP
— 
La militante suédoise Greta Thunberg s'est livrée jeudi à une nouvelle charge virulente contre les dirigeants et entreprises des pays riches.
La militante suédoise Greta Thunberg s'est livrée jeudi à une nouvelle charge virulente contre les dirigeants et entreprises des pays riches. — Henrik Montgomery/AP/SIPA

Lors d’un sommet sur le climat en Autriche, Greta Thunberg s’en est prise de façon virulente aux dirigeants et entreprises des pays riches. Face à la « pression publique », « vous avez commencé à agir. Pas agir pour le climat. Mais agir comme dans un jeu de rôle. Jouer à la politique, jouer avec les mots, jouer avec notre futur », a-t-elle lancé jeudi lors de cette réunion organisée à Vienne par l’ancien gouverneur de Californie  Arnold Schwarzenegger, d’origine autrichienne. « Peut-être que cela vous aide à dormir la nuit », mais tandis que « vous vous posez en sauveurs », « l’écart entre la rhétorique et la réalité ne cesse de se creuser » et « devient impossible à ignorer » devant les « événements climatiques extrêmes qui font rage », a déploré la jeune Suédoise de 18 ans.

Et de fustiger « des mots vides », des objectifs de neutralité carbone « bourrés de lacunes » et « manipulant » les données : « Les émissions des marchandises importées, des transports aérien et maritime » sont par exemple ignorées, a-t-elle dit, évoquant aussi de « fantaisistes » moyens pour y parvenir. « La crise climatique est aujourd’hui – au mieux – traitée uniquement comme une opportunité commerciale pour créer de nouveaux emplois, activités et technologies verts », a encore souligné la figure de proue du mouvement Fridays for Future et des grèves de jeunes pour le climat.

« Encourager les gens » plutôt qu’à les menacer

Greta Thunberg, dont l’intervention a été coupée avant la fin pour des raisons techniques selon les organisateurs, s’exprimait par visioconférence devant un parterre de décideurs réunis à l’Austrian World Summit, initiative lancée il y a cinq ans par Arnold Schwarzenegger. Dans son message d’ouverture, l’acteur avait appelé à « encourager les gens » plutôt qu’à les menacer « avec des discours alarmistes ». « Les défis sont immenses », mais « nous pouvons mettre fin à la pollution », a-t-il insisté, en utilisant le mot terminate en référence à son rôle à succès de Terminator.

Parmi la liste de participants figuraient plusieurs dirigeants politiques dont le chancelier autrichien Sebastian Kurz, qui a vanté les ambitions climatiques de son pays, et le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans, chargé du Pacte vert, ou encore des hauts responsables des groupes américains Ford et Apple.