Etats-Unis : Le compostage humain vient d'être légalisé en Oregon

EMPREINTE CARBONE La « réduction biologique » est moins toxique pour l'environnement que la crémation, qui favorise le réchauffement climatique, ou l'inhumation de corps traités avec des substances chimiques

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un cercueil devant un crématorium.
Illustration d'un cercueil devant un crématorium. — Francois Mori/SIPA

L’Oregon est devenu ce mardi le troisième Etat américain à autoriser le compostage humain. La gouverneure Kate Brown a signé une loi ajoutant cette alternative aux choix jusque-là proposés aux habitants en matière de traitement du corps après la mort. Le texte entrera en vigueur en juillet 2022. Le processus de « réduction biologique » a les faveurs des défenseurs de l’environnement car il pollue moins que les inhumations ou les crémations, indique Vice.

Cette dernière méthode consomme une grande quantité d’énergie au moment de l’incinération et émet des substances favorisant le réchauffement climatique, comme du dioxyde de carbone. Quant à l’enfouissement des dépouilles, il est précédé d’un embaumement au formaldéhyde, qui est ensuite susceptible de se retrouver dans les sols et les nappes phréatiques. Il occupe par ailleurs de grandes surfaces de terrain.

Un « sujet difficile »

Le compostage humain ne peut « certainement pas séduire tous les consommateurs mais ceux qui, parmi nous, recherchent vraiment des manières de réfléchir à la façon dont notre empreinte carbone sur Terre continue à se manifester après notre mort », a commenté Kate Brown. L’élue a reconnu que le choix constituait un « sujet difficile » auquel « aucun d’entre nous n’a la possibilité d’échapper ».

À titre d’exemple, dans l’établissement funéraire Recompose, les corps des personnes ayant opté pour la réduction biologique sont placés dans un réceptacle cylindrique et entouré de copeaux de bois, de végétaux et de paille. L’ensemble est chauffé et régulièrement retourné à l’aide d’un crochet pendant plusieurs semaines. A la fin du processus, le cadavre s’est transformé et terreau riche en nutriments.

Il peut être utilisé pour fertiliser les sols ou être restitué aux proches du défunt. Ce traitement est autorisé dans l’État de Washington depuis 2019 et depuis mai dernier dans le Colorado. Il est cependant interdit ailleurs aux États-Unis, même si les États de New York et du Delaware envisagent des projets de loi légalisant le compostage humain.