Occitanie : Mer, rivières et lacs, quelle est la qualité des eaux de baignade dans la région ?

PLOUF L’Agence régionale de santé a livré les résultats de ses contrôles sanitaires, ce jeudi

Nicolas Bonzom

— 

La plage, à la Grande-Motte, près de Montpellier.
La plage, à la Grande-Motte, près de Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse
  • L’Agence régionale de santé d’Occitanie a livré son bilan annuel de la qualité des eaux de baignade dans la région, en s’appuyant sur les résultats de ses contrôles.
  • En Méditerranée, tous les sites sont classés « excellent » ou « bon ».
  • En eau douce, c’est plus disparate : une petite partie des coins de baignade ne sont classés que « suffisants », voire « insuffisants ». Certains sont également fermés.

Avec les chaleurs qui sévissent (encore plus qu’ailleurs) en Occitanie, on a tous besoin de piquer une tête en Méditerranée, dans les lacs et les rivières. Mais les eaux de baignade de la région sont-elles de bonne qualité ? Ce jeudi, l’Agence régionale de santé (ARS) a livré les résultats des contrôles sanitaires, qu’elle mène toute l’année sur les 437 coins où l’on peut se rafraîchir en Occitanie. L’organisme s’attache notamment à mesurer le risque infectieux, lié à la présence de germes dans l’eau. Et, dans l’ensemble, cette année encore, la qualité est au rendez-vous.

Côté mer, la quasi-totalité des sites de baignade d’Occitanie, dans les Pyrénées-Orientales, l’Aude, le Gard et l’Hérault, bénéficient d’une eau qualifiée d’« excellente ». C’est le cas, près de Montpellier, des plages de la Grande-Motte, de Carnon, de Palavas-les-Flots, de Villeneuve-lès-Maguelone et de Frontignan. Seul un coin, la plage du Faubourg, à Collioure, dans les Pyrénées-Orientales, n’est classée que « bonne ».

C’est « excellent » aux lacs de la Ramée, des Bonnets ou de Saint-Ferréol

Pour les sites de baignade en eau douce, dans les lacs et les rivières, la qualité est, en revanche, bien plus disparate en Occitanie. Dans l’Ariège, l’Aude, la Haute-Garonne, le Gers, les Hautes-Pyrénées, le Tarn et le Tarn-et-Garonne, tous les lieux ouverts ont été classés « excellent » ou « bon ». En Haute-Garonne, l'eau est qualifiée d’« excellente » près de Toulouse, au lac de la Ramée, au lac des Bonnets à Muret, au lac de Saint-Ferréol, à la Source à Carbonne, à Saint-Jory, à Villemur-sur-Tarn et à Montrejeau. Elle n’est que « bonne » au lac de la Thésauque. Et la baignade est fermée à Caraman.

Dans l’Hérault, la plupart des coins d’eau douce ouverts sont classés « excellent » ou « bon ». Seuls deux sites bénéficient d’un label « suffisant » : le plan d’eau du Boulouc et le Moulin de Brunan. Mais, avis aux baigneurs, ce classement ne doit pas forcément être rédhibitoire. « Si la baignade n’est pas interdite, vous pouvez vous baigner », explique Christine Ricoux, la responsable Santé et environnement à l’ARS dans l’Hérault. Dans le département, trois sites sont, en revanche, totalement fermés : les cascades de Vis et Les Forces, après des chutes de pierres sur le parking en 2018, et la « baignade du village » à Bélarga, pour des tourbillons et des courants importants.

« On tient compte des statistiques des quatre dernières années »

Il y a, enfin, dix sites dont la qualité est qualifiée d'« insuffisante » en Occitanie : le camping du Valdesaures et la Gravière en Aveyron, l’Aire de loisirs, le plan d’eau d’Aulas et le Gour Mourier dans le Gard, Saint-Cirq-Lapopie et Cahors-Plage dans le Lot, les deux sites du Pont de Mouvert et le Pont de Saint-Hilaire en Lozère. Mais, rappelle Christine Ricoux, pour classer les sites, « on tient compte des statistiques des quatre dernières années ». Il suffit ainsi d’un mauvais résultat pour le classement dégringole.

Pour suivre l’évolution des contrôles sanitaires en temps réel, il y a deux solutions : sur les panneaux sur les sites de baignade, et sur baignades.sante.gouv.fr.