Foudre, grêle et bourrasques… C’est parti pour une semaine d’orages « costauds »

METEO Les perturbations débutent ce mercredi sur la façade atlantique

Romarik Le Dourneuf

— 

Un éclair (illustration)
Un éclair (illustration) — Paul Currie/BPI/REX/SIPA
  • Météo-France a placé 28 départements en vigilance orange pour risques d’orage ce mercredi. Des orages qui arrivent après seulement quelques jours de fortes températures.
  • Sans pouvoir prédire avec exactitude les événements à long terme, Météo-France s’attend à un été orageux, en raison des températures élevées et de l’air sec.
  • Un rappel des gestes à adopter n’est jamais superflu : éviter de s’abriter sous un arbre ou contre un mur, et trouver un abri couvert et fermé.

A peine quelques jours de températures suffocantes et les orages débarquent déjà. Ce mercredi matin, Météo-France a placé vingt-huit départements en vigilance orange pour risques d’orage. Selon les prévisions de l’institut, ces événements devraient durer et faire descendre les températures. Pour comprendre ces phénomènes, 20 Minutes a interrogé Olivier Proust, prévisionniste à Météo-France. 

D'où vient cette vague orageuse ?

Pour Météo-France, cette vague orageuse est tout sauf une surprise. Elle répond au principe même de la circulation météorologique. Un air très chaud s’est installé sur le pays sous une chape de haute pression qui va se décaler progressivement vers l’Est. Dans le même temps un régime océanique très perturbé s’approche et plonge vers le Portugal. Un schéma classique qui provoque des remontées Sud-Sud-Ouest en France. En clair, il y a un air très chaud en basse couche, celui qui nous fait transpirer à grosses gouttes, et un air très froid qui circule au-dessus. Cela donne un aspirateur à nuage, qui fabrique des cumulus très bourgeonnants.

A quoi faut-il s'attendre ?

Il faut s’attendre à des orages « costauds », selon Olivier Proust, avec des phénomènes associés qui pourraient être violents : une forte grêle  et des bourrasques, sur une semaine à compter de jeudi. Ces derniers sont des vents violents et soudains qui surgissent en avant de l’orage. « Le temps est très calme et d’un coup, on prend une rafale de vent puissante », explique le prévisionniste. Ces bourrasques pourraient atteindre 80 à 100 kilomètres/heure. Elles précéderont un rideau de pluie et de grêle. Des événements assez classiques mais qui nécessite une grande vigilance, rappelle Météo-France.

Quelles régions va concerner cette vague orageuse ?

Si la Nouvelle-Aquitaine doit inaugurer les orages estivaux dès cet après-midi avec des chutes de grêle. Les phénomènes devraient poursuivre leur course vers le Bassin parisien dès demain, en balayant au passage les Pays-de-la-Loire et le Val-de-Loire. Vendredi, la vague devrait atteindre les territoires du nord de la France. Si la vague devrait permettre de voir le thermomètre baisser dans ces régions, elle ne devrait pas être suffisante pour ébranler les températures qui resteront excessives dans le triangle Lyon-Alpes-Grand-Est, jusqu’au week-end.

Que faire pendant les orages ?

« Une activité électrique marquée, un risque de grêle et des bourrasques. » Rien d’exceptionnel pour un orage violent selon Météo-France. Mais Olivier Proust précise toutefois que ces orages restent dangereux et qu’ils peuvent, dans le cas d’orages stationnaires, provoquer des inondations de caves et des débordements dans les zones mal drainées. Il rappelle donc les bons comportements à adopter face à ces phénomènes naturels : limiter ses déplacements, rester dans un abri couvert et fermé, ne pas s’abriter sous un « pseudo-abri » comme un arbre, un parapluie et non plus au pied d’un mur. « Et s’il faut le préciser, il vaut mieux éviter de monter un barnum dans le Sud-Ouest à 18 heures ce mercredi. »

Quid du reste de l'été ?

« Il est difficile de prévoir les pulsations orageuses mais on a une tendance qui donne des probabilités ». Pour Olivier Proust, les épisodes orageux devraient se répéter cet été. L’air chaud et sec des vagues de chaleurs à venir est propice aux dégradations orageuses de forte ampleur. Pour résumer, cet été, ça va péter.