Pollution en baie de Saint-Brieuc : La nappe d’huile se disperse « naturellement » autour du projet éolien

POLLUTION Une huile hydraulique s’est échappée du navire de construction qui opère sur le chantier éolien mené par Iberdrola

C.A.

— 

Une pollution a été constatée sur le projet éolien de la baie de Saint-Brieuc.
Une pollution a été constatée sur le projet éolien de la baie de Saint-Brieuc. — Marine nationale

Les nouvelles sont plutôt rassurantes. D’après la Préfecture maritime de l’Atlantique, la pollution survenue lundi matin sur le chantier du parc éolien offshore de la baie de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor) semble se disperser « naturellement ». D’après les autorités, « le risque de pollution terrestre s’éloigne », même si « la vigilance et la surveillance des autorités demeurent de mise ».

Lundi, une importante nappe d’huile hydraulique avait été identifiée aux abords du navire de construction offshore Aeolus, chargé du très contesté chantier éolien de la baie de Saint-Brieuc. Un survol mené par les douanes avait confirmé la pollution. Ce mardi, un avion Falcon 50 de la marine nationale a survolé la zone pendant plusieurs heures. « L’irisation de surface, bien visible hier a désormais totalement disparu » . Elle serait invisible tant depuis le ciel que depuis les trois bateaux dépêchés sur place. D’après la préfecture maritime, ce phénomène de dilution s’explique « par la grande faculté de dispersion de l’huile au regard de la quantité rejetée ». D’après la société Ailes Marines qui gère le chantier, la matière rejetée serait « un fluide spécialement conçu et développé pour les travaux en mer qui est biodégradable ».

Une pollution a été constatée sur le projet éolien de la baie de Saint-Brieuc.
Une pollution a été constatée sur le projet éolien de la baie de Saint-Brieuc. - Marine nationale

Invité à s’expliquer par la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, la société Iberdrola a évoqué « un problème technique » rencontré par le navire à l’occasion d’une deuxième série de forages. Cette fuite d’huile évaluée à 100 litres est considérée comme d’ampleur significative par les autorités. Il faudra à l’équipe de l’Aeolus attendre les résultats des analyses avant de quitter la baie de Saint-Brieuc pour procéder à ses réparations.

« La baie de Saint-Brieuc n’est pas un laboratoire à ciel ouvert »

Déjà très contesté notamment par les pêcheurs, le projet éolien a fait l’objet de vives critiques de la part de ses détracteurs ce mardi. « La baie de Saint-Brieuc n’est pas un laboratoire à ciel ouvert où des industriels viendraient tester des outils et polluer l’environnement marin », souligne le comité départemental des pêches des Côtes-d’Armor, qui va porter plainte.

D’une capacité de 496 Mégawatts avec 62 éoliennes de plus de 200 mètres de haut et 30 à 42 mètres sous l’eau, le parc est censé produire 1.820 Gigawatts par an, l’équivalent, selon son promoteur, de la consommation électrique annuelle de 835.000 habitants. Sa mise en service est prévue fin 2023.