Cuba : Une petite tigresse toute blanche est née au zoo national, une première

ANIMAUX C’est la première fois qu’un tigre de cette couleur naît dans le pays, et ce zoo n’avait pas connu de naissance de tigre depuis plus de vingt ans

20 Minutes avec agences

— 

Yanek, la petite tigresse blanche née dans un zoo à Cuba en mars 2021.
Yanek, la petite tigresse blanche née dans un zoo à Cuba en mars 2021. — Ramon Espinosa/AP/SIPA

Le zoo national de Cuba a connu une double joie le 12 mars dernier : quatre bébés tigres sont nés pour la première fois en plus de 20 ans dans ce parc. Et parmi eux se trouve une petite femelle toute blanche, qui a été baptisée Yanek.

Les félins ne sortent que depuis peu de temps dans le patio pour profiter d’une petite piscine à l’abri des regards du public. Le zoo est toujours fermé à cause de la pandémie de Covid-19. « Nous sommes très contents qu’un tigre blanc soit né à Cuba », a déclaré Angel Cordero, responsable dans ce zoo où les animaux vivent en semi-liberté. « C’est la première fois que ça arrive. »

« Nous voulons qu’ils soient aussi naturels que possibles »

« L’autre joie que nous avons dans le parc est que cela faisait plus de 20 ans que nous n’avions pas eu de reproduction de tigres dans notre pays », a ajouté le responsable. Fruits d’un échange avec un zoo du Guatemala, les deux tigres du Bengale, Fiona et Garfield, sont désormais les parents de trois femelles, Yanek, Melissa et Gaby, baptisées d’après les enfants des employés, et d’un mâle appelé Miguel.

« Les quatre sont agressifs » pour imiter leur mère, précise Angel Cordero. « Cette agressivité nous plaît, nous voulons qu’ils soient aussi naturels que possible, nous ne voulons pas de tigres apprivoisés », a-t-il expliqué. « Nous savons que les tigres sont agressifs et c’est ainsi que nous voulons qu’ils soient. »

Les tigres blancs ne sont plus que quelques centaines sur la planète, en captivité, n’étant presque jamais aperçus dans la nature. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) estime que le nombre de tigres sauvages a plongé de 100.000 en 1990 pour atteindre 3.900 aujourd’hui. Leur nombre est reparti à la hausse ces dernières années mais l’espèce est toujours menacée d’extinction.