Bangladesh : Un tueur redouté de tigres du Bengale arrêté après 20 ans de cavale

TRAQUE Le braconnier aurait tué quelque 70 tigres du Bengale, une espèce menacée, et se cachait dans la forêt pour échapper à la police

20 Minutes avec Agences

— 

Le tigre du bengale est une espèce menacée dans le monde.
Le tigre du bengale est une espèce menacée dans le monde. — sasint / Pixabay

La police du Bangladesh (Asie du Sud) a arrêté un braconnier recherché depuis près de 20 ans dans le sud du pays où il aurait tué quelque 70 tigres du Bengale, une espèce menacée. Habib Talukder, surnommé « Bagh Shikari » (chasseur de tigres), qui faisait figure de légende dans le sud du pays, a été arrêté par la police le week-end dernier après une cavale de près de 20 ans.

Le braconnier quinquagénaire a été « difficile » à attraper, car il vivait en lisière de forêt dans laquelle il s’enfuyait à chaque fois que les forces de l’ordre faisaient une descente, a précisé lundi le chef de la police locale, Saidur Rahman. « Nous essayions de le coincer depuis longtemps. Un tuyau nous a finalement permis d’y parvenir et de l’envoyer en prison », s’est félicité l’officier.

« Nous le respectons autant que nous avons peur de lui »

Il avait élu pour terrain de chasse les mangroves des Sunderbans, dans le sud du pays, qui s’étendent sur 10.000 km de l’Inde au Bangladesh. Elles abritent l’une des plus grandes populations de tigres du Bengale au monde dont l’espèce est menacée. Le braconnier avait entamé sa carrière en collectant du miel dans la forêt avant de chasser le grand félin dont la peau, les os et même la chair se vendent à prix d’or au marché noir. « Nous le respectons autant que nous avons peur de lui », admet Abdus Salam, quêteur de miel, « c’est un homme dangereux capable de se battre tout seul avec Mama (le tigre) dans la forêt ».

Un soulagement pour les autorités

Le département des forêts du Bangladesh ne comptait plus que 106 tigres du Bengale en 2015, contre 440 spécimens en 2004. En 2019, la population avait augmenté à 114 individus grâce à une vive répression du braconnage et du banditisme dans cette région. Pour le conservateur régional des forêts, Mainuddin Khan, la nouvelle de l’arrestation de ce criminel est un « soulagement ». « Il nous donnait de sérieux maux de tête », a-t-il confié, « il représentait une grande menace pour la biodiversité de la forêt ».