Marineland : De l’eau de mauvaise qualité dans les bassins ? Une ONG attaque, le parc répond

ANIMAUX L’association One Voice a publié des images aériennes montrant des algues dans l’eau où évoluent les orques et les dauphins

Fabien Binacchi

— 

Des algues sont visibles dans les bassins des orques
Des algues sont visibles dans les bassins des orques — One voice

Depuis longtemps engagée contre la captivité des cétacés, One Voice vient de partager une vidéo mettant à nouveau en cause Marineland, alors que le parc marin d’Antibes a annoncé sa réouverture pour le 11 juin. Dans ces images aériennes que l’association dit avoir reçues d’un « lanceur d’alerte », le fond des bassins des orques et des dauphins apparaît recouvert d’algues, dont « les schémas de croissance » témoigneraient d’une « mauvaise filtration » et d’une « mauvaise circulation de l’eau ».

L’association s’interroge ainsi sur la provenance des « nutriments » que les algues utiliseraient ici pour se développer : « De poissons morts ? Des dauphins, des orques, de leurs excréments ? » Dans les images, elle croit aussi également voir les cétacés « au ralenti », et même Inouk, une des orques, « atone ». « Il est grand temps d’offrir une autre vie, une « vraie vie » aux animaux captifs des delphinariums », réaffirme One Voice.

Les algues sont « un signe très positif », selon Marineland

Un nouvel assaut qui agace le parc. « Chaque année, One Voice attaque à l’ouverture et à la fermeture. Soit l’eau est trop bleue, soit pas assez. Marineland dispose d’installations techniques de haut niveau nécessaires pour garantir la plus grande qualité possible de l’eau » et elle est « de très bonne qualité », répond la direction sollicitée par 20 Minutes. Elle rappelle également « qu’aucun scientifique n’est capable d’évaluer à distance, sans prélèvements ni analyses, la qualité d’eau d’un bassin ».

Marineland assure de son côté que « ces apparitions d’algues » sont « un signe très positif ». « Notre eau est pompée en mer, et contient naturellement des spores d’algues, qui se développent lorsque l’eau se réchauffe sous les rayons du soleil, développe le delphinarium. Cela démontre que l’eau est de très bonne qualité et que le taux de chlore présent dans l’eau est très bas et sans danger pour les animaux. »

Fin janvier, les députés ont voté à la quasi-unanimité un texte de lutte contre la maltraitance animale qui prévoit notamment l’interdiction de la détention et de la reproduction des cétacés en captivité, tout comme leur participation à des spectacles. Cette proposition de loi attend toujours son passage devant le Sénat. Mais si elle était adoptée, elle contraindrait dans tous les cas Marineland à changer de formule.