Tempête Alex dans les Alpes-Maritimes : Un appel au secours pour « réparer » le parc national du Mercantour

GROS DEGATS Alors que les randonneurs sont attendus en nombre cet été, le site lance un appel au mécénat pour reconstruire les sentiers détruits par les inondations en octobre dernier

Fabien Binacchi

— 

Les travaux de reconstruction ont commencé là où la neige a fondu
Les travaux de reconstruction ont commencé là où la neige a fondu — E. Gastaud / PNM
  • Depuis le passage de la tempête Alex, en octobre 2020, 162 kilomètres de sentiers de randonnées, sur les 550 balisés dans le parc du Mercantour, sont endommagés, et 10 % (soit 61 km environ) sont provisoirement impraticables et dangereux.
  • Le parc a annoncé le lancement prochain d’une campagne de mécénat inédite pour accélérer la reconstruction, alors que la fréquentation s’annonce encore très élevée cet été.

Le chantier est colossal. Et il ne pourra pas être terminé cette année. Ravagés par la tempête Alex à l'automne dernier, de nombreux sentiers de randonnées seront impraticables cet été dans le parc national du Mercantour, a prévenu sa direction jeudi, annonçant le lancement prochain d’une campagne de mécénat inédite. Au total, 162 kilomètres sur les 550 balisés ont été touchés, et 10 % (soit 61 km environ) sont provisoirement impraticables et dangereux.

« Nous avons dû faire des arbitrages pour lancer les premiers travaux de reconstruction. Ils sont déclenchés progressivement lorsque la fonte des neiges le permet », a expliqué Julie Molinier, chef du service Sensibilisation et valorisation du territoire au sein du parc.

Plus de dix fois le budget annuel habituel

Priorité a été donnée à la restauration des GR et de la Grande traversée du Mercantour, à l’accès aux refuges du massif et à la sécurisation de petites boucles de randonnées familiales. D’ici à la fin de l’année, 1,2 million d’euros seront consacrés à ces chantiers.

« Et c’est déjà énorme. Cela correspond à plus de dix fois le budget annuel habituel d’entretien », a relevé la directrice du Mercantour, Aline Comeau. Pour remettre l’ensemble des sites touchés en état, il faudra trois ans de travaux et un total de 3,5 millions d’euros, soit « plus que tous les montants investis sur les sentiers ces seize dernières années », précise le parc.

D’où l’idée d’en appeler au mécénat d’entreprise et à un financement participatif pour les particuliers, qui sera ouvert au début de l’été sur la plateforme KissKissBankBank.

Embouteillages en vue

En attendant, avec un nombre de sentiers praticables amputés, la situation laisse craindre aux responsables du parc de nouveaux embouteillages de randonneurs, alors que l’affluence promet, comme l’été dernier, d’être très soutenue.

« La fréquentation de la montagne avait déjà connu une hausse de 30 % », rappelle le président du département des Alpes-Maritimes, Charles-Ange Ginésy, et l’histoire devrait se répéter avec le nouveau déconfinement. « Nous nous étions retrouvés dans des situations quasiment balnéaires dans certains hotspots comme le lac d’Allos, explique Julie Molinier. Et cette situation remet en cause la vocation même d’un cœur de parc national », notamment en termes de protection de la faune.

Très riche dans le Mercantour, elle a été surtout habituée, pendant ces derniers mois de confinement, à une certaine quiétude qui risque fort d’être troublée. « Le parc concentre plus de 40 % des espèces présentes en France dans 0,4 % du territoire », détaille Aline Comeau. Alors pour tenter de gérer au mieux les flux de visiteurs, certains réaménagements sont lancés pour améliorer la circulation sur les sites où la fréquentation devrait être importante.