Bouches-du-Rhône : Les bateaux priés de déguerpir des calanques d’En-Vau et Port-Pin

ENVIRONNEMENT Le mouillage des bateaux dans les calanques emblématiques d’En-Vau et Port-Pin est désormais totalement interdit, afin de protéger les herbiers de posidonie

Mathilde Ceilles
— 
La calanque d'En-Vau est l'une des plus célèbres et des plus prisées
La calanque d'En-Vau est l'une des plus célèbres et des plus prisées — AFP
  • Il n’est désormais plus possible pour les bateaux de jeter l’ancre ni même s’arrêter dans les célèbres calanques d’En-Vau et de Port-Pin.
  • Cette décision radicale de la préfecture maritime a été prise pour protéger les herbiers de posidonie.
  • La maire de Cassis et certains plaisanciers contestent cette décision qui priverait les locaux de ces locaux, et une manifestation va être organisée ce dimanche.

Leurs eaux turquoise en font peut-être les calanques les plus célèbres et les plus emblématiques du parc national du même nom aux portes de Marseille. Ces dernières années, le succès des calanques d’En-Vau et de Port-Pin, près de Cassis, dans les Bouches-du-Rhône, ne faiblit pas, et les plaisanciers se faisaient nombreux dès les premiers rayons du soleil. Ainsi, en période estivale, les agents du parc ont comptabilisé jusqu’à 40 navires dans la calanque de Port-Pin, et pas moins de 80 à En-Vau.

Une surfréquentation devenue intenable, à en croire les autorités, au point de prendre une décision pour le moins radicale. A l’issue d’une conférence de presse ce jeudi, sur proposition du parc national des calanques, le préfet maritime a ainsi pris un arrêté qui interdit purement et simplement le mouillage des bateaux dans ces calanques. Seule la navigation sera désormais autorisée, sous peine d’écoper d’une peine d’un an de prison, d’une amende de 150.000 euros accompagnée d’une suspension ou d’un retrait du permis, et d’une interdiction de navigation d’une durée de trois ans.

Les herbiers de posidonie en voie de disparition

« Trop de gens mouillaient dans ces deux calanques emblématiques du parc national, estime son président Didier Réault. Le parc national est un lieu de nature où on vient trouver une tranquillité, une sérénité, une plénitude, pas un parking à bateaux. »

Surtout, ce mouillage a un impact sur la biodiversité, puisqu’il détruit les herbiers de posidonie qui tapissent presque exclusivement les fonds de ces deux calanques. « Il faut éviter que les chaînes ratissent le fond, quand les bateaux lâchent l’ancre ou quand le vent tourne », s’alarme le vice-amiral Laurent Isnard, préfet maritime de Méditerranée.

« Qu’est-ce qu’elle va devenir, mon eau de baignade ? »

Et de détailler : « Nous avons dénombré 800 km² d'herbiers de posidonie en mer Méditerranée, qui repose entre 0 et 40 m² de profondeur. Selon nos relevés, on en a perdu entre 10 et 30 %. Et pour qu’un herbier de posidonie progresse d’un mètre, il faut 100 ans. Or, c’est quelque chose qui fait office de nurserie, pour les poissons qui s’y reproduisent. C’est aussi un amortisseur de houle. C’est ce qui fait aussi qu’on ne nous a pas des falaises qui s’effondrent. »

Une décision qui fait bondir la maire LR de Cassis, qui n’a pas manqué de le faire savoir au préfet maritime ce jeudi. « A Cassis, mon eau de baignade est excellente, s’enorgueillit Danièle Milon, par ailleurs membre du conseil d’administration du parc national des calanques. Qu’est-ce qu’elle va devenir, mon eau de baignade, avec ce surplus de fréquentation cet été ? Les bateaux qui allaient s’ancrer à En-Vau et à Port-Pin, ils vont aller où à votre avis ? Au Corton et à l’Arène ! Je vais gérer comment ? On aurait dû mettre des bouées écologiques ! »

« Mais c’est chez nous quoi ! »

Une manifestation de plaisanciers cassidains est même prévue à En-Vau ce dimanche à 10 heures pour protester contre cette mesure. « Pourquoi interdire toute l’année, peste Xavier Esnault, l’un d’eux. On veut continuer de protéger, mais il suffisait de réglementer en interdisant l’accès l’été, pendant les périodes de grande affluence. Moi, d’habitude, à 18 heures, c’est apéro à En-Vau sur mon voilier, et je peux vous dire qu’il n’y a pas du tout de surfréquentation. On se retrouve privés de nos libertés, de notre patrimoine et de nos traditions. Ça peut paraître un peu chauvin et égoïste, mais c’est chez nous quoi ! On habite à Cassis et on peut plus aller dans nos calanques ! »

« La calanque d’En-Vau est trop étroite pour mettre des bouées et pouvoir circuler, justifie Didier Réault. Nous avons fait le choix de préserver l’environnement, pour faire en sorte que le plus grand nombre puisse en profiter. » « La maire de Cassis s’est exprimée pour le plan de mouillage durant le conseil d’administration du parc national des calanques, tacle Hervé Menchon, adjoint au maire PS de Marseille en charge de la mer, et membre également de ce conseil d’administration. Dans le contexte des élections départementales et régionales, il y a un revirement soudain. Il y a peut-être une crainte de la part de son électorat. Nous ferons un bilan de cette mesure après l’été. On en rediscutera avec la maire de Cassis, les élections seront passées, et elle sera peut-être de nouveau conciliante… »