Pyrénées : Pour la troisième fois il croise un ours « et c’est toujours un émerveillement »

L'HOMME QUI A VU... Un couple d’Ariégeois et une randonneuse ont croisé un ours jeudi dernier et rapporté des images étonnantes du plantigrade en sortie d’hibernation

Béatrice Colin
— 
Bernard, un randonneur ariégeois a croisé la route d'un ours en altitude sur la commune Seintein.
Bernard, un randonneur ariégeois a croisé la route d'un ours en altitude sur la commune Seintein. — B. Lesage
  • Aujourd’hui, près de 65 ours sont présents dans les Pyrénées.
  • Jeudi dernier, trois randonneurs ont croisé la route d’un jeune ours en Ariège, à 2.200 mètres d’altitude.
  • Pour Bernard, l’un d’eux, c’était la troisième en quinze ans.

« C’est toujours un émerveillement ». Jeudi dernier, Bernard Lesage, un Ariégeois, faisait une randonnée avec sa femme lorsque leur route a croisé le chemin d'un jeune ours sur la commune de Seintein, dans les Pyrénées à 2.200 d’altitude. « Il était à une centaine de mètres, on a pu le suivre un long moment alors qu’il se trouvait sur les névés et puis il est arrivé de l’autre côté et s’est confondu avec les pierres. C’est la fin de l’hibernation, ils sortent et sont à la recherche de nourriture », raconte ce retraité qui a partagé ce moment ( à voir ici) avec une troisième randonneuse croisée quelques instants plus tôt.

Mais hors de question pour autant de partager le lieu exact sur le massif où il l’a vu. Car cet amoureux de la nature ne veut pas donner de pistes à ceux qui seraient opposés à la présence des ours sur le massif.

Pas de panique

Il a toutefois filmé et partagé les pérégrinations de ce jeune ours d’environ deux ans à vue de nez. Une rencontre qui pour lui n’était pas une première. Il y a une quinzaine d’années, il s’était déjà retrouvé sur le même chemin qu’un plantigrade. A l’époque, la peur s’était emparée de lui. « Je ne savais pas quelle attitude avoir, depuis j’ai appris. Et il y a dix ans, sur le même chemin que la première fois, j’en ai croisé à nouveau un et je me suis écarté », raconte celui qui partage son temps entre la Ville rose et l’Ariège.

Ces têtes à têtes impromptues entre la population ursine et l’homme risquent de se reproduire de plus en plus souvent selon ce randonneur. « Aujourd’hui, il y a plus d’ours qu’il y a quinze, même si en croiser un reste un événement. A l’avenir, on sera sans doute appelé à avoir plus de personnes qui en verront. Il faut savoir rester calme, ne pas lui tourner le dos ni courir, mais lui cédez-le passage », avertit celui qui regarde la présence de l’ours dans les Pyrénées d’un œil bienveillant.