Nucléaire : EDF a remis sa copie sur de possibles nouveaux EPR en France

PROJET La France envisage le renouvellement de son parc nucléaire avec six réacteurs de nouvelle génération EPR mais n'a pas encore pris de décision

20 Minutes avec AFP

— 

Le réacteur EPR de Flamanville en France (image d'illustration).
Le réacteur EPR de Flamanville en France (image d'illustration). — CHARLY TRIBALLEAU / AFP

EDF a annoncé, ce jeudi, avoir remis son dossier sur la possible construction de nouveaux réacteurs EPR nucléaires en France au gouvernement.

« Nous souhaitons que soit décidée la construction en France de nouveaux EPR. A ce titre, le dossier que le gouvernement a demandé sur la faisabilité et sur les conditions d’un tel programme vient de lui être adressé », a indiqué le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, lors de l’assemblée générale des actionnaires.

Un dossier complet mi 2021

La France envisage le renouvellement de son parc nucléaire avec six réacteurs de nouvelle génération EPR mais n’a pas encore pris de décision. Celle-ci a été a été repoussée à après le démarrage de l'EPR de Flamanville (Manche), prévue fin 2022 après de nombreux retards, et concernera donc le prochain quinquennat. Dans ce cadre, il était prévu qu’EDF remette un dossier complet au gouvernement à la mi-2021. L’entourage de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a confirmé jeudi avoir reçu le document « il y a quelques jours ».

« C’est un document de travail qui correspond à la vision d’EDF. Il n’engage pas le gouvernement », a-t-on ajouté de même source. Au ministère de l’Economie, où est également parvenu le dossier, on souligne que « cela fait partie de la demande qui avait été adressée à EDF de travailler sur le nouveau nucléaire et de faire des propositions ». « Ces travaux permettent d’alimenter les réflexions du gouvernement sur l’avenir du mix électrique français post 2035 », détaille Bercy.

Un projet de petit réacteur modulaire

« La décision définitive de construction de nouveaux réacteurs doit être préparée et prise au plus tard en 2023 lorsque Flamanville sera entrée en service », selon l’entourage de Bruno Le Maire. Par ailleurs, EDF développe avec d’autres partenaires un projet de petit réacteur modulaire (ou SMR pour « small modular reactor » en anglais). Baptisé « Nuward », il sera destiné à l’exportation à l’horizon 2030.

« Pour donner à ce produit toutes ses chances sur ses marchés cibles à l’extérieur de la France, nous proposons que la prochaine PPE prévoie la construction d’un premier SMR en France », a indiqué Jean-Bernard Lévy. Il faisait référence à la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), la feuille de route énergétique de la France, dont la version actuelle va jusqu’à 2028.