A Dijon, Angers et au Mans, les bennes à ordures vont rouler à l'hydrogène

TRANSITION ENERGETIQUE Les trois collectivités ont passé commande pour 29 bennes à ordures ménagères

J.U.

— 

Illustration d'un camion poubelle.
Illustration d'un camion poubelle. — FRED SCHEIBER/SIPA

Alors que l’hydrogène suscite l’intérêt de nombreuses collectivités, trois d’entre elles annoncent avoir décidé de s’allier en la matière. Les mairies d’Angers (DVD), du Mans et de Dijon (PS) ont en effet pour projet de faire rouler leurs bennes à ordures à l'hydrogène et viennent de passer une commande groupée en ce sens.

Au total, 29 camions ont été achetés : 20 pour Dijon métropole, 6 pour Le Mans et 3 pour Angers. « Aujourd’hui, c’est pour les véhicules lourds que cette technologie est la plus intéressante, justifie Dijon métropole. L’hydrogène est en effet un vecteur qui concentre beaucoup d’énergie, offrant ainsi puissance et autonomie. »

Baisser les coûts

L’autre intérêt d’un groupement de commandes, présenté comme « une première en France », est aussi de faire baisser les coûts, sachant qu’un camion poubelles de ce type coûte « entre 550.000 et 850.000 euros ».

« Les motorisations à hydrogène ont l’avantage de ne pas émettre de gaz à effet de serre, mais aussi de favoriser le développement de filières énergétiques locales, complète Angers métropole. La production d'hydrogène s’appuie en effet sur deux techniques accessibles à tous les territoires : l’électrolyse de l’eau, à partir de l’électricité éolienne, solaire ou issue de la valorisation énergétique des déchets et la gazéification de la biomasse, à partir du bois ou de cultures comme le chanvre. »