La hausse des océans serait plus limitée avec un réchauffement climatique de 1,5 °C selon une étude

PROJECTION Les engagements actuels des Etats conduiraient toutefois à une hausse des températures autour de 3 °C

20 Minutes avec agences

— 

La fonte des glaces près du Groenland
La fonte des glaces près du Groenland — JOHN MCCONNICO/AP/SIPA

Pour réduire de moitié la hausse du niveau des océans liée à la fonte des glaces au cours du siècle, il faudrait limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C. C’est ce qu’indique une étude publiée ce mercredi dans Nature. Depuis 1993, la fonte des glaces a contribué au moins de moitié à la hausse du niveau des mers et les scientifiques ont déjà averti que de vastes zones glacées en Antarctique fondent plus vite que prévu par les pires scénarios.

Pour arriver à ce seuil d’1,5 °C, une cinquantaine de chercheurs ont combiné des simulations de la fonte des couvertures glaciaires de l’Antarctique et du Groenland – qui contiennent à eux seuls assez d’eau pour élever le niveau des océans de 65 mètres – ainsi que des simulations concernant les 220.000 glaciers sur terre.

Une hausse de 13 cm contre 25

« Le niveau global des océans va continuer à augmenter, explique l’auteur principal, Tamsin Edwards, du King’s College à Londres. Mais nous pouvons réduire de moitié la contribution de la fonte des glaces si nous limitons le réchauffement climatique à 1,5 °C comparé aux engagements actuels » des Etats, qui conduiraient à une hausse des températures autour de 3 °C. La fonte des glaces contribuerait ainsi à faire monter les océans de 13 centimètres d’ici 2100, contre 25 centimètres selon les projections actuelles.

Des incertitudes demeurent toutefois concernant l’Antarctique. « Le Groenland est très sensible aux changements atmosphériques et donc dans un monde plus chaud, il y aura plus de fonte à la surface de la couverture glaciaire, explique Sophie Nowicki, du Nasa Goddard Flight Center et co-auteure de l’étude. En Antarctique, c’est très complexe. Un monde plus chaud pourrait signifier plus de chutes de neige, mais aussi plus de fonte de la calotte glaciaire. »