Saint-Nazaire : Sept ans après sa fermeture, l’autoroute de la mer vers l’Espagne pourrait être relancée

CAMIONS Les Chambres de commerce de Nantes-Saint-Nazaire et de Gijon veulent donner une seconde chance à cette liaison maritime régulière transportant camions et voitures

Frédéric Brenon
— 
ST NAZAIRE, 16/05/2012 L' autoroute de la mer transporte des camions de St Nazaire à Gijon en Espagne
ST NAZAIRE, 16/05/2012 L' autoroute de la mer transporte des camions de St Nazaire à Gijon en Espagne — ARCHIVES FABRICE ELSNER/20 MINUTES

La première autoroute de la mer franco-espagnole va-t-elle renaître, sept ans après sa soudaine fermeture ? C’est en tout cas le projet dévoilé ce lundi par la Chambre de commerce de Nantes-Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) ainsi que celle de Gijon (Asturies). Opérationnel de 2010 à 2014, ce ferry transportait près de 20.000 camions et 38.000 voitures par an entre Saint-Nazaire et Gijon, constituant ainsi une alternative moins polluante et moins accidentogène à la route.

« L’initiative émanant de la Chambre de Commerce de Gijon, en collaboration avec l’Autorité Portuaire de Gijon, vise à relancer cette connexion maritime qui a contribué à la réduction substantielle du trafic routier, a facilité la connectivité de l’hinterland des deux ports et a eu un impact positif sur l’ensemble du Nord-Ouest espagnol », confie la CCI de Nantes-Saint-Nazaire.

Un succès pas rentable

Des échanges concrets ont donc été engagés afin que « l’Autoroute de la Mer redevienne une réalité dans les meilleurs délais » et qu’elle contribue à « l’amélioration de la compétitivité économique de nos territoires » et à « la réduction des émissions de gaz à effet de serre ».

Exploitée par l’armateur LD Lines, l’autoroute de la mer Saint-Nazaire-Gijon proposait trois allers-retours par semaine. Elle avait trouvé sa clientèle mais vivait sous perfusion des subventions publiques. Elle s’était finalement arrêtée en septembre 2014 faute de rentabilité après l’arrêt des aides de la France, de l’Espagne et de l’Union européenne.