Argentine : Un jaguar et ses deux bébés réintroduits dans une zone où le félin avait été exterminé

ANIMAUX La réintroduction de cette femelle baptisée Juruna et de ses deux petits nés en captivité porte à six le nombre de jaguars relâchés depuis le début de l’année

20 Minutes avec Agences

— 

 Le jaguar est considéré comme « quasi menacé » d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).
Le jaguar est considéré comme « quasi menacé » d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). — Pixabay / Nickbar

L’Argentine mène dans un parc du nord-est du pays un programme de réintroduction de jaguars dont la présence n’avait plus été enregistrée depuis 70 ans. Une mère et ses deux petits ont ainsi été relâchés, a rapporté samedi l’ONG Rewilding Argentina. La réintroduction de cette femelle baptisée Juruna et de ses deux petits nés en captivité en décembre porte à six le nombre de jaguars relâchés depuis le début de l’année dans le parc Ibera. Celui-ci est une zone protégée de près de 200.000 hectares de marais, de rivières et de lagunes, entourée de prairies et de montagnes, à la frontière avec le Paraguay et proche du Brésil.

Une première

Juruna rejoint sa sœur Mariua et ses deux petits relâchés en janvier. Ces deux femelles sauvages du nord du Brésil avaient été recueillies lorsque des braconniers avaient tué leur mère quelques mois après leur naissance. « C’est la première fois dans l’histoire qu’une tentative est faite pour ramener ce grand félin dans un environnement où l’homme l’a exterminé », a déclaré l’ ONG qui porte ce projet depuis dix ans.

Considéré comme « quasi menacé » d’extinction

La déforestation, l’augmentation des terres agricoles, les incendies de forêt ainsi que le braconnage les avaient fait disparaître de la province de Corrientes. Le jaguar, dont la plus grande population est concentrée au Pantanal brésilien, la plus grande zone humide tropicale sur terre, est considéré comme « quasi menacé » d’extinction par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

En Argentine, quelque 200 à 300 spécimen ont été répertoriés, éparpillés dans les jungles des provinces de Salta, Misiones, Chaco et Formosa, dans le nord du pays. A Ibera, le jaguar rejoint d’autres espèces clés réintroduites telles que le cerf de la pampa, le fourmilier géant, le pécari à collier et l’ara écarlate. Les marais d’Ibera sont l’une des principales attractions naturelles émergentes de l’Argentine et, avant l’apparition de la pandémie de coronavirus, accueillaient 45.000 visiteurs par an.