Mars : « Si la mission de l’hélicoptère Ingenuity réussit, cela sera une grande avancée »

INTERVIEW Le premier vol du mini-hélicoptère de la Nasa a eu lieu ce lundi midi

Marie De Fournas

— 

Ingenuity, l'hélicoptère de la Nasa a finalement pris son envol sur la planète Mars ce lundi 19 avril 2021.
Ingenuity, l'hélicoptère de la Nasa a finalement pris son envol sur la planète Mars ce lundi 19 avril 2021. — NASA via Sipa USA/SIPA
  • Très attendue dans le milieu des astrophysiciens et des aficionados de l’espace, le vol du mini-hélicoptère Ingenuity sur Mars a eu lieu ce lundi.
  • Le but de cette mission était moins de collecter des données que de voir si l’engin allait réussir à prendre son envol.
  • Pernelle Bernardi, ingénieure du CNRS au Laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique et responsable système de l’instrument Supercam du rover Perseverance de la mission Mars 2020 a suivi l’événement depuis chez elle et répondu à nos questions.

C’est avec une semaine de retard (en raison d’un petit problème technique) que  Ingenuity s’est finalement élevé au-dessus de Mars ce lundi. Les scientifiques espèrent que ce mini-hélicoptère de la Nasa permettra de recueillir des données inestimables sur les conditions de vie sur la planète. Cet exploit, ce midi était suivi dans le monde entier et notamment par Pernelle Bernardi, ingénieure du CNRS au Laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique, qui a répondu en même temps à nos questions.

En quoi cette mission est inédite ?

C’est la première fois qu’un engin volant motorisé va sur Mars. Tout simplement parce que les conditions sur Mars ne sont pas du tout les mêmes que sur Terre. La pression atmosphérique y est 100 fois moins dense. Il n’y a donc bien moins de portance. Cela signifie que pour qu’un hélicoptère puisse s’élever dans l’air martien, il faut adapter les pales de ce dernier et les faire tourner beaucoup plus vite. Ingenuity a été testé sur Terre et les hélices tournent à 2400 tours par minute. Cela fait partie des grandes difficultés techniques à résoudre.

A quelle autre grande difficulté Ingenuity a-t-il dû faire face ?

Les températures sur Mars sont également bien plus basses que sur Terre. La nuit elles descendent à -80 ou -100°C. C’est très traumatisant pour le matériel qu’il faut réchauffer. L’hélicoptère est équipé de panneaux solaires qui permettent de le recharger la journée. Il faut donc gérer l’énergie pour réchauffer ce petit hélicoptère, mais également pour le faire voler et pour communiquer avec le rover Perseverance, qui sert de relai vers les orbiteurssur Terre. Cela est très complexe.

Quelles données importantes cette mission pourrait-elle apporter aux chercheurs ?

Il n’y aura pas de données à but scientifique, sauf peut-être l’exploitation des images si le petit hélicoptère arrive à se déplacer. Ingenuity n’a d’ailleurs aucun outil scientifique à son bord pour des prélèvements ou autre, il s’agit seulement d’une mission de démonstration technologique. Il n’y aura pas, par exemple,  d’analyses à distance. Aujourd’hui il devait juste décoller à trois mètres de hauteur, tourner un peu et se reposer. On va voir s’il a réussi à prendre des photos et à les envoyer. On va également analyser ces données de batterie ou le fait qu'il soit correctement orienté.

Si la mission de l’hélicoptère Ingenuity réussit, cela sera une grande avancée notamment pour les études géologiques et l’exploration de Mars car il peut se déplacer vite et plus loin que Perseverance. On est tous super excités. Si tout se déroule comme prévu, l’objectif ensuite sera de pouvoir envoyer sur Mars des engins plus gros et lourds avec cette fois des outils scientifiques à l’intérieur.