Grippe aviaire : En l’absence de nouveau cas, les canards sont de retour dans les élevages du Gers

EPIDEMIE En l’absence de nouveau cas de grippe aviaire, la préfecture du Gers autorise très progressivement les éleveurs à remettre des volailles dans leurs basses-cours

H.M.

— 

Un élevage de canards en France.
Un élevage de canards en France. — ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Sur le front de cette épidémie-là, la situation s’améliore. Dans le Gers, où 66 foyers de grippe aviaire ont été recensés depuis la mi-novembre 2020, aucun nouveau cas d’infection par le virus H5N8 n’a été détecté depuis le 13 mars. La préfecture estime que les mesures d’abattage et de limitation des mouvements des animaux « ont permis de stabiliser la situation ». Et même d’entrevoir la sortie de crise, puisque au pays du foie gras, les services de l’Etat ont décidé de lever prudemment et très progressivement les restrictions.

Ainsi, samedi, 41 communes de l’ouest du département ont pu retrouver « un statut indemne » d''influenza aviaire. Cela signifie que les éleveurs y ont la possibilité de reprendre leurs activités et de remettre des canards dans les hangars et basses-cours.

3,5 millions de volailles abattues

Si aucun cas ne vient perturber le calendrier de ce déconfinement, d’autres communes connaîtront une levée des restrictions le 13 mai.

Selon le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, 490 foyers de grippe aviaire ont été recensés depuis le début de l’épidémie, dont 475 dans des élevages du Sud-Ouest (essentiellement dans les Landes et le Gers).

Au total, 3,5 millions de volailles, en grande majorité des canards, ont fait l’objet d’abattages curatifs ou préventifs. Les autorités rappellent que le virus H5N8 n’est pas transmissible à l’homme et que la consommation de viande, œufs ou foie gras « ne présente aucun risque ».