Climat : Xi Jinping contre le projet de taxe carbone de l’Union européenne

ECOLOGIE La Chine a rappelé l’importance des relations commerciales entre l’Europe et elle

J.-L.D. avec AFP
— 
Xi Jinping, président chinois, veut s'engager pour la planète à sa manière
Xi Jinping, président chinois, veut s'engager pour la planète à sa manière — NICOLAS ASFOURI / AFP

Le président chinois Xi Jinping a dénoncé ce vendredi devant Emmanuel Macron et Angela Merkel les « barrières commerciales » édifiées au nom du changement climatique, à l’heure où une taxe carbone est à l’étude dans l'Union européenne (UE).

Le chef d’Etat chinois, le président français et la chancelière allemande ont échangé en visioconférence sur les enjeux de climat et de santé à l’approche de plusieurs rendez-vous internationaux importants sur ces questions.

Une lutte commune mais pas géopolitique selon la Chine

Le premier d’entre eux sera le sommet virtuel sur le climat prévu les 22 et 23 avril à l’initiative du président américain Joe Biden. Xi Jinping n’a pas encore confirmé sa participation à cet événement.

« La réponse au changement climatique est la cause commune de l’humanité », a déclaré c vendredi le président chinois à ses interlocuteurs, selon un compte-rendu de ses propos par la télévision publique CCTV. « Elle ne doit pas devenir un enjeu géopolitique, la cible d’attaques venant d’autres pays ou encore un prétexte pour édifier des barrières commerciales », a-t-il poursuivi.

La taxe carbone aura-t-elle lieu ?

Les députés européens ont ouvert la voie en mars à une taxe carbone qui pénaliserait certaines importations (électricité, ciment, acier, aluminium, verre, etc.) venant de pays hors-UE ayant des normes climatiques moins strictes.

La Commission européenne proposera d’ici juin son propre texte avant de le soumettre aux Etats membres. Le mécanisme entrerait en vigueur d’ici 2023. Xi Jinping a par ailleurs réitéré vendredi ses grandes promesses climatiques : la Chine, premier émetteur mondial de gaz à effet de serre, commencera à réduire ses émissions de CO2 « avant 2030 » et parviendra d’ici 2060 à la « neutralité carbone ».

Attentes réciproques

« La Chine fera ce qu’elle dit, et ce qu’elle fera atteindra ses objectifs », s’est engagé le président chinois. Se faisant le défenseur des pays pauvres, Xi Jinping a appelé les économies développées à « montrer l’exemple sur la réduction des émissions » et à « fournir un soutien » financier et technique aux nations en développement face au changement climatique.

De son côté, l’Elysée s’est contenté d’indiquer que les deux dirigeants européens ont « exprimé leurs attentes vis-à-vis de la Chine pour un objectif plus ambitieux » de la réduction des gaz à effet de serre. Mais ce rendez-vous n’était pas le lieu de discuter de questions qui se négocient au niveau de l’UE, selon Paris.

Les bons climats font les bons amis

« Angela Merkel a insisté sur la relation économique euro-chinoise, où nous avons des attentes en matière de réciprocité et de conditions de concurrence équitables », a cependant indiqué l’Elysée.

Les deux dirigeants européens ont aussi « insisté sur la nécessité » pour la Chine de réduire son financement à de grands projets carbonés. Pour ce qui concerne le traitement des Ouïghours et la situation à Hong Kong, Paris a assuré que la France « demande » systématiquement à la Chine d’avancer sur la question des droits de l’Homme et la ratification de la Convention de l’Organisation internationale du travail.