Saint-Brieuc : Les travaux du parc éolien marin débuteront en mai

ENERGIE Le parc de 62 éoliennes devrait être mis en service fin 2023 avec une puissance de 496 Mégawatts

J.G. avec AFP
— 
Illustration d'un parc éolien offshore, ici dans la mer Baltique au nord de l'Allemagne.
Illustration d'un parc éolien offshore, ici dans la mer Baltique au nord de l'Allemagne. — TOBIAS SCHWARZ / AFP
  • La construction du parc éolien offshore en baie de Saint-Brieuc va démarrer en mai.
  • A sa mise en service prévue fin 2023, le parc de 62 éoliennes devrait produire l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 835.000 habitants.
  • Les pêcheurs locaux sont fortement opposés à ce projet.

Le projet fait face à une forte opposition des pêcheurs locaux. Mais le chantier de construction du parc éolien en baie de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) va bien débuter en mai avec une mise en service prévue « fin 2023 », a annoncé ce jeudi la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili dans un entretien accordé à Ouest-France. « Ce parc sera un nouveau cœur électrique pour la Bretagne, a déclaré la ministre. L’avenir passe par l’éolien en mer, dans lequel nos voisins comme l’Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark et la Suède se sont déjà massivement engagés ».

Le parc éolien offshore de Saint-Brieuc doit être érigé à 16,3 kilomètres au large des côtes bretonnes. D’une capacité totale de 496 Mégawatts avec 62 éoliennes, il est censé produire l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 835.000 habitants, selon son promoteur Ailes Marines, filiale de l’espagnol Iberdrola. « Le lauréat a été désigné il y a neuf ans. Le temps est venu d’accélérer », a estimé Barbara Pompili.

Les activités de pêche maintenues au sein du parc

Répondant à l’inquiétude des pêcheurs, la ministre de la Mer Annick Girardin a souligné dans le même entretien que « de nombreuses modifications ont été décidées depuis 2011 ».  « La superficie du parc a été réduite, il a été déplacé de six kilomètres plus au nord, pour préserver le gisement secondaire de Saint-Jacques de la baie, et les techniques d’implantation des éoliennes ont été revues, de façon à réduire les impacts des travaux sur des fonds marins… Les activités de pêche pourront être maintenues au sein du parc », a affirmé Annick Girardin.

En outre, « plus de dix millions d’euros sont prévus pour accompagner l’ensemble des usagers de la mer. Les habitudes devront changer, mais nous veillerons à ce que la gêne soit minimale et que la ressource ne diminue pas. À terme, tout le monde sera gagnant », a ajouté la ministre. Le Conseil d’État avait rejeté en décembre une ultime requête de cinq associations écologistes opposées au projet de parc éolien.