Népal : La population de rhinocéros a augmenté, une « nouvelle enthousiasmante » pour l’espèce

ANIMAUX Les efforts de conservation et de protection de cette espèce vulnérable ont payé depuis 2015

20 Minutes avec agences

— 

Rhinocéros, illustration.
Rhinocéros, illustration. — David Tanecek/AP/SIPA

La population de rhinocéros a augmenté de plus de 100 individus ces six dernières années au Népal, a indiqué ce samedi le département des parcs nationaux et de la protection de la faune sauvage. Elle est passée de 645 individus en 2015 à 752 aujourd’hui.

Cette hausse « est une nouvelle enthousiasmante, a déclaré ce dimanche le porte-parole du département. Mais des défis demeurent, notamment pour augmenter les zones d’habitat de cet animal afin de permettre que cette croissance se poursuive. »

Un recensement de trois semaines

Des milliers de rhinocéros à une corne peuplaient jadis les plaines népalaises. La destruction de leur habitat et le braconnage ont fait tomber leur population à une centaine dans les années 1960. Depuis 1994, le Népal réalise tous les cinq ans un recensement de cette espèce, considérée comme vulnérable par l’Union internationale pour la conservation de la nature.

Le recensement de 2020 a dû être reporté à cause du coronavirus. Cette année, il a mobilisé 250 personnes qui ont parcouru les parcs pendant près de trois semaines, chevauchant près de 60 éléphants. Le comptage a été fait à l’aide d’équipements GPS, de jumelles et de caméras. Pendant le recensement, un maître éléphant a été attaqué et tué par un tigre.

Le braconnage toujours meurtrier

Le Fonds mondial pour la nature (WWF), qui fournit une aide financière et technique pour le recensement, voit dans la hausse de la population une « étape importante » pour le Népal. « La croissance générale de la population est le reflet des efforts de protection et de gestion de l’habitat par les autorités », a déclaré le représentant du WWF au Népal dans un communiqué.

Au total, 26 rhinocéros sont morts au Népal l’année dernière, dont quatre en raison du braconnage, selon les autorités népalaises. Le braconnage est alimenté par une forte demande de cornes en Asie, où elles sont utilisées dans la médecine traditionnelle. La corne de rhinocéros est pourtant composée principalement de kératine, comme les ongles humains.