Finistère : Deux îles des Glénan interdites au public pour protéger les oiseaux

PROTECTION DE LA NATURE La mesure sera en vigueur jusqu’au 31 août cette année ainsi qu’en 2022

Jérôme Gicquel

— 

Illustration d'un goéland sur l'archipel des Glénan dans le Finistère.
Illustration d'un goéland sur l'archipel des Glénan dans le Finistère. — Fred Tanneau / AFP

Retrouver la quiétude du premier confinement. Au printemps dernier, les nombreuses espèces d’oiseaux qui peuplent l’archipel des Glénan dans le Finistère avaient bénéficié d’une tranquillité exceptionnelle. Un calme d’autant plus important pour les sternes, les gravelots à collier interrompu, les huîtriers pie ou les goélands qui font leur nid à même le sol et sont particulièrement sensibles au dérangement lors de la période de reproduction de mars à août.

Pour que cette situation perdure, la préfecture du Finistère a décidé de suivre l’exemple de la commune de Fouesnant qui avait décidé l’an dernier de fermer certaines plages tout l’été pour protéger la faune et la flore.

Les plages fermées deux étés de suite

Deux arrêtés préfectoraux ont ainsi été signés le 19 mars pour interdire l’accès aux plages et aux rochers sur l’île des Moutons et sur l’îlot de la Croix du 1er avril au 31 août. « Cette restriction s’appliquera en 2021 et 2022 », précise la préfecture du Finistère dans un communiqué.

Les autorités précisent toutefois que la navigation et le mouillage des bateaux restent possibles ainsi que la baignade, la plongée ou la balade en kayak à partir de son bateau « mais en évitant de s’approcher des îlots ». Pour faire respecter l’interdiction, « des contrôles réguliers seront effectués », préviennent les services de l’État.