Déchets nucléaires à Bure : Quatre communes s’opposent au projet d’enfouissement

NUCLEAIRE Une quinzaine de collectivités devaient de prononcer sur la déclaration d’utilité publique du projet d’enfouissement dans la Meuse

20 Minutes avec AFP
— 
Lors d'une des nombreuses manifestations contre le projet d'enfouissement à Bure. (archives)
Lors d'une des nombreuses manifestations contre le projet d'enfouissement à Bure. (archives) — MATHIEU PATTIER/SIPA

Quatre communes situées dans le périmètre du projet d’enfouissement en profondeur de déchets radioactifs, baptisé Cigéo, ont émis des avis défavorables à la demande de déclaration d’utilité publique (DUP) formulée par l’Andra, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture de la Meuse. Au total, 14 collectivités locales étaient sollicitées : les 11 communes concernées par le périmètre du projet, ainsi que les deux Conseils départementaux de Meuse et de Haute-Marne, et le Conseil régional Grand Est.

Les communes de Bure, Horville-en-Ornois, Mandres-en-Barrois et Ribeaucourt ont émis des avis défavorables, à chaque fois assortis d’argumentaires détaillés. A Bure, où se trouve actuellement le laboratoire qui étudie la faisabilité du projet Cigéo, le conseil municipal estime entre autres que le dossier « minimise les risques encourus par le rejet des eaux de Cigéo », ou que le porteur de projet « s’approprie les routes, les chemins, sans concertation ni avis ».

Cinq communes favorables, à conditions

La mairie de Mandres-en-Barrois déplore elle, notamment, que le projet « prévoit le défrichement immédiat de plusieurs dizaines d’hectares au bois Lejuc, poumon vert de la commune et des habitants ». Deux autres communes (Bonnet et Houdelaincourt) n’ont pas rendu d’avis : Houdelaincourt a pointé le « délai irréaliste alloué pour rendre un avis motivé et exhaustif sur le dossier », long de plus de 4.000 pages, parfois très technique.

De son côté, la mairie de Bonnet a estimé que ce n’était « pas aux conseillers municipaux de prendre une délibération » sur ce dossier, et a fait remarquer que la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a d’ores et déjà affirmé, au cours d’un comité de haut niveau le 16 mars, que « Cigéo irait à son terme ». Cinq communes (Gondrecourt-le-Chateau, Saint-Joire, Cirfontaines-en-Ornois, Gillaumé et Saudron) ont voté un avis favorable, systématiquement assorti de réserves ou de conditions.

Les départements et la région pour

Aux conseils départementaux de Meuse et Haute-Marne, des avis favorables ont été adoptés, malgré l’opposition d’élus meusiens, principalement socialistes ou communistes, mais aussi d’élus issus de la droite. Ceux-ci ont exprimé des craintes notamment sur la « sûreté des installations et la sécurité des populations ».

« C’est normal qu’il y ait des avis négatifs pour nous à ce stade, c’est un projet très important qui arrive sur ce territoire », a commenté David Mazoyer, directeur du centre de l’Andra en Meuse/Haute-Marne. « Je pense qu’on se serait interrogé si les collectivités n’avaient posé aucune réserve, je pense que c’est plutôt sain ». Il a remarqué qu’une « majorité d’avis positifs » avaient été exprimés. Ces avis, à caractère consultatif, consultables sur le site internet de la Préfecture de la Meuse pour la plupart, constituent la première expression formelle de la position de l’ensemble des collectivités locales concernées vis-à-vis du projet Cigéo.

Ils seront pris en compte par la préfecture de la Meuse et les services du ministère de la Transition écologique, qui co-instruisent la demande de DUP déposée par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), qui pilote le projet. L’attribution de la DUP constitue, selon l’Andra, un « préalable à d’autres demandes d’autorisation », et doit lui permettre d’obtenir les terrains souhaités par expropriation, si les négociations amiables n’aboutissent pas.