Bassin d’Arcachon : Bluenav propose des moteurs hybrides pour des bateaux plus écolo et moins bruyant

PLAISANCE Lancée en 2020, par Hervé Frouin et son fils Thomas, la start-up arcachonnaise Bluenav est en plein développement, employant aujourd’hui quinze personnes

Elsa Provenzano
— 
L'entreprise est passé de 2 à 15 salariés en l'espace d'une année.
L'entreprise est passé de 2 à 15 salariés en l'espace d'une année. — Bluenav
  • La start-up arcachonnaise Bluenav propose une solution d’hybridation pour les moteurs de bateaux de plaisance depuis 2020.
  • Elle permet d’équiper un bateau avec des turbines électriques tout en conservant le moteur thermique, et de passer de l’un à l’autre très rapidement.
  • La société prévoit d’employer une quarantaine de personnes au total d’ici fin 2022.

« Quand on navigue avec un moteur thermique, il y a des vibrations, du bruit, des odeurs et de la pollution, énumère Thomas Frouin, cofondateur avec son père Hervé de Bluenav, société spécialisée dans l’hybridation des moteurs de bateaux. L’électrique résout ces problèmes mais comme son développement n’est pas encore complètement abouti, on veut amener la solution de transition jusqu’à ce que l’électrique soit 100 % fiable. »

C’est en 2016, en lançant l’activité d’une autre société, e-nautic (qui installe des nouvelles technologies sur les bateaux), que le père et le fils comprennent qu’il manque un fabricant de moteurs électriques français pour faire face à la demande. Mûrissant leur projet depuis 2018, ils créent ensemble Bluenav en 2020.

Passer d’un moteur à l’autre en quelques secondes

Leur nouvelle entreprise propose d’installer des turbines électriques sur des bateaux de plaisance, sans pour autant retirer le moteur thermique. L’usager peut alors passer de l’un à l’autre en quelques secondes seulement, et compter sur le moteur classique en cas de batterie vide (son autonomie est de cinq heures). « Si on veut aller vite au banc d’Arguin par exemple, on se met en mode thermique et quand on en approche, on passe en mode électrique », explique Thomas Frouin.

Les turbines électriques sont installées en plus du moteur thermique, sur des bateaux de plaisanciers.
Les turbines électriques sont installées en plus du moteur thermique, sur des bateaux de plaisanciers. - Bluenav

Pour naviguer au large, on privilégiera le moteur thermique et sur des zones côtières sensibles ou les entrées et sorties du port, l’électrique est davantage indiqué. « Quand on veut profiter d’un moment en famille, prendre l’apéro, sans bruit, on peut être en électrique, suggère le cofondateur. Il propose un mode balade, avec une vitesse de sept à huit nœuds. »

Les objectifs de vente sont déjà remplis pour cette année. « Pour la saison 2021, on ne voulait pas vendre plus de dix moteurs parce que c’est la première saison, il faut qu’on ait un suivi sur ces turbines, continue-t-il. On va les regarder tourner toute la saison sur le bassin, pour voir si des ajustements sont nécessaires. » Le carnet de commandes pour 2022 commence déjà à se remplir. Installée dans des locaux de 700 m2 flambant neufs loués par le port d’Arcachon, l’entreprise emploie quinze personnes et espère compter une quarantaine de salariés fin 2022.

Pour l’instant, le recours au moteur électrique sur les bateaux de plaisance représente encore un coût élevé. Il ne permet pas de présenter un intérêt financier, en économisant des pleins de carburant. Mais, les plaisanciers dotés d'embarcations plutôt haut de gamme semblent apprécier ses atouts en termes de confort de naviguation.