Toulouse : Ours baroudeur, blaireau géant… Des bénévoles mènent l’enquête sur une mystérieuse empreinte

ANIMAUX Les bénévoles d’une association spécialisée dans le nettoyage des berges de Garonne lancent un appel pour identifier la très curieuse empreinte qu’ils ont photographiée

Hélène Ménal
— 
L'empreinte découverte à Ondes, en Haute-Garonne, à 30 km au nord de Toulouse.
L'empreinte découverte à Ondes, en Haute-Garonne, à 30 km au nord de Toulouse. — Champ d'Actions
  • Ours voyageur, blaireau hors normes, cheval sans fers… Les hypothèses sont nombreuses pour identifier l’animal propriétaire de grosses empreintes photographiées en bord de Garonne.
  • Elles ont été découvertes à Ondes, à 30 km au nord de Toulouse, par les bénévoles d’une association qui nettoie les berges
  • Sa présidente a lancé un appel sur Facebook pour élucider le mystère.

Une internaute potache voudrait y voir le signe que Chewbacca se balade du côté de Toulouse. Le dahu peut-être ? Mais, sans rire, bien malin pour l’instant celui qui pourrait dire avec certitude à qui appartient cette grosse patte griffue. « Quand on a vu les empreintes, on a vraiment bloqué dessus », raconte Florence Ducroquetz, la présidente de l’association Champ d'Actions qui nettoie tous les dimanches les berges de Garonne.

Mercredi dernier, elle était en mission repérage avec deux autres bénévoles à Ondes, à 30 km au nord de Toulouse, quand ils sont tombés sur ce grand mystère, ces empreintes bien nettes dans le sable humide.

Beaucoup de membres de l’association penchent pour un ours. « C’est vrai qu’une empreinte d’ours a déjà été repérée à 30 km de Toulouse, mais au sud, là on est au nord », glisse Florence Ducroquetz, qui s’amuse à imaginer un ours traversant nuitamment la Ville rose en profitant du calme du couvre-feu. Pour sa part, elle a tout de suite pensé à « un énorme chien ». Puis elle est rentrée chez elle, a fait quelques recherches, et l’hypothèse s’est dégonflée.

Cheval ou canular ?

D’où l’appel lancé sur Facebook pour identifier le gros animal. Le blaireau collerait bien au dessin laissé dans le sol, mais pas la taille de l’empreinte, grosse comme une main. La bénévole a consulté l’association Nature en Occitanie. « Pour eux, il est possible que ce soit un sabot de cheval sans fer ». Mais la présidente, habituée avec Champ d’Actions à croiser des traces « de chevaux, de chevreuils, d’oiseaux de toutes sortes », n’est pas du tout convaincue. À moins que ce ne soit un canular. « Il y avait plusieurs empreintes mais nous ne savions pas qu’il fallait les photographier groupées pour mesurer l’écartement », avoue Florence Ducroquetz.

Dimanche, l’association opère à Gagnac, pas très loin d’Ondes. Les bénévoles seront attentifs à d’éventuelles nouvelles manifestations de la grosse bête. D’ici là, l’enquête se poursuit.