Ile Maurice : L’inspection du chalutier échoué commencera bientôt pour détecter d’éventuelles fuites

POLLUTION Le bateau compte 130 tonnes de fioul à son bord

20 Minutes avec AFP

— 

L'inspection du chalutier échoué près de la capitale mauricienne Port-Louis, avec 130 tonnes de fioul à son bord, va commencer sous peu afin de  détecter d'éventuelles fuites.
L'inspection du chalutier échoué près de la capitale mauricienne Port-Louis, avec 130 tonnes de fioul à son bord, va commencer sous peu afin de détecter d'éventuelles fuites. — L'Express Maurice / AFP

Ce dimanche vers 17h30, le Lurong Yuan Yu, un chalutier battant pavillon chinois, s’est échoué sur un récif faisant face à Pointe-aux-Sables (Nord-Ouest), près de Port-Louis, la capitale mauricienne. Il ne contient aucune cargaison mais 130 tonnes de fioul et cinq tonnes de lubrifiants. Son inspection devrait débuter très prochainement afin de détecter d’éventuelles fuites.

Il y a sept mois à peine, l’île Maurice connaissait l’une des pires pollutions maritimes de son histoire avec l'échouage du MV Wakashio près de Port-Louis, la capitale mauricienne. Le chalutier avait déversé 1.000 tonnes de fioul dans ses eaux turquoises et provoqué la colère des habitants.

Des traces d’huile autour du chalutier

« Il y a des traces d’huiles autour du Lurong Yuan Yu. Des plongeurs vont sous peu inspecter le navire pour voir s’il y a des fissures », a déclaré ce lundi midi le ministre de la Pêche Sudheer Maudhoo lors d’une conférence de presse. Il a qualifié le pompage du fioul de « priorité » et précisé que 300 mètres de boudins flottants ont été déployés autour du navire.

Ce dernier a également constaté que des garde-côtes et des militaires se mobilisaient ce lundi matin à Pointe-aux-Sables. Des habitants y ont indiqué voir des traces d’huile arrivant sur le rivage. Le ministre n’a pas donné plus de précisions sur les circonstances de l’incident. « La police est aussi à bord pour saisir tous les documents et une enquête a été ouverte », a-t-il ajouté.

Le vraquier japonais toujours en phase de démantèlement

L’affaire du vraquier japonais le MV Wakashio avait suscité le courroux des Mauriciens, déjà excédés par les scandales de corruption et de népotisme qui émaillent la politique mauricienne, notamment dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Le 29 août, une manifestation avait réuni entre 50.000 et 75.000 personnes à Port-Louis pour dénoncer la gestion de la marée noire par le gouvernement du Premier ministre Pravind Jugnauth. Un tel rassemblement n’avait pas été vu depuis 1982.

Le démantèlement de la poupe du vraquier est en passe d’être achevée – sa proue et sa coque ont été coulées au large – et les opérations de nettoyage du carburant sont terminées.