L’Akalat à sourcils noirs, une espèce d’oiseau disparue depuis 172 ans, réapparaît à Bornéo

DECOUVERTE Selon l'association de défense de la nature Global Wildlife Conservation, il s'agit d'une découverte « époustouflante »

20 Minutes avec agences

— 

L'oiseau a été vu puis photographié par deux habitants.
L'oiseau a été vu puis photographié par deux habitants. — Pixabay / labanglonghouse

Un très discret passereau qui n’avait plus été aperçu depuis 172 ans a finalement été revu dans une forêt de la partie indonésienne de l’île de Bornéo. C’est ce qu’a annoncé ce jeudi une ONG ravie de cette découverte « époustouflante »

L’Akalat à sourcils noirs (Malacocincla perspicillata) était présumé éteint car aucun spécimen n’avait été observé depuis le premier qui avait été décrit par les scientifiques en 1848. Et ce, en dépit de multiples campagnes pour dénicher ce volatile si réservé.

« La plus grande énigme de l’ornithologie indonésienne »

Mais en octobre, deux habitants de la province indonésienne de Kalimantan du Sud ont attrapé un oiseau qu’ils ne reconnaissaient pas, avant de le prendre en photo et de le relâcher dans la forêt, a annoncé l’association de défense de la nature Global Wildlife Conservation. Ils ont envoyé les clichés à des ornithologues qui ont formellement reconnu un Akalat à sourcils noirs.

« Cela a été comme une illumination », a déclaré Panji Gusti Akbar, auteur principal d’une étude publiée ce jeudi par le journal BirdingASIA. « Cet oiseau est souvent considéré comme la plus grande énigme de l’ornithologie indonésienne. Il est époustouflant de se dire qu’il n’est pas éteint et qu’il vit dans les forêts de faible altitude. »

Plus de 150 espèces « perdues » dans le monde

On en sait très peu sur ce passereau brun et gris, qui était porté « disparu » depuis plus longtemps que n’importe quelle autre espèce d’oiseau asiatique, selon l’article. Les chercheurs avaient espéré retourner dans la zone d’observation. Mais ce projet a été contrarié par les restrictions ordonnées pour lutter contre le Covid-19.

« Il y a là une occasion unique de sanctuariser ces forêts pour protéger l’Akalat et les autres espèces », a déclaré Ding Li Yong, co-auteur de l’article, et membre de BirdLife International. Plus de 150 espèces d’oiseaux dans le monde entier sont considérées comme « perdues », car aucune observation de spécimen n’a été confirmée ces dix dernières années. « Les découvertes comme celles-ci sont incroyables et nous font croire qu’il est possible de retrouver d’autres espèces qui sont perdues du point de vue scientifique depuis des décennies ou davantage », a déclaré Barney Long, de Global Wildlife Conservation.