Lyon : La pollution aux poussières désertiques persiste, circulation différenciée activée et stationnement résident gratuit

POLLUTION Le bassin lyonnais a été placé en vigilance rouge à la pollution aux particules fines comme une majeure partie d’Auvergne Rhône-Alpes

E.F.

— 

Lyon et son nuage de pollution. (archives)
Lyon et son nuage de pollution. (archives) — KONRAD K./SIPA

Les poussières désertiques en suspension dans l’air sont nettement moins visibles à Lyon que le 6 février lorsque les habitants s’étaient réveillés sous un ciel jaune orangé. Mais les conséquences sur la qualité de l'air sont plus importantes. Depuis jeudi, le bassin lyonnais est placé en vigilance rouge à la pollution aux particules fines par les autorités, comme la majeure partie de la région Auvergne Rhône-Alpes.

Une situation due à l’arrivée massive, cette semaine, de poussières du Sahara, dont la dispersion est rendue difficile par les conditions météo anticycloniques de ces derniers jours, marquées par un fort ensoleillement, de la chaleur et l’absence de vent. « L’épisode de poussières désertiques persiste. Les concentrations sont très élevées sur toute la région. Quasiment toutes les zones passent au niveau rouge en raison d’un risque de persistance pour demain », indiquait jeudi Atmo Auvergne Rhône-Alpes, ne prévoyant pas d’améliorations ce vendredi.

Le stationnement résident gratuit

Pour limiter, dans ce contexte, les émissions de polluants, la préfecture a décidé d’instaurer ce vendredi la circulation différenciée. Seuls les véhicules dotés de la vignette Crit’Air 0, 1 et 2 sont autorisés à rouler dans un périmètre couvrant une large partie de Lyon, Villeurbanne et Caluire-et-Cuire. Les grands axes sont exclus de cette zone de circulation différenciée.

Pour inciter les Lyonnais à se déplacer à pied ou en TCL, la mairie de Lyon a par ailleurs annoncé la gratuité du stationnement résident, le temps de cet épisode de pollution et des restrictions de circulation.