Bretagne : Des pêcheurs demandent à Emmanuel Macron d’abandonner un projet éolien en mer

ENERGIE Ils estiment que le projet n’est pas en adéquation « avec la préservation des ressources marines et des activités de pêche associées »

C.A. avec AFP

— 

Illustration d'un parc éolien offshore, ici dans la mer Baltique au nord de l'Allemagne.
Illustration d'un parc éolien offshore, ici dans la mer Baltique au nord de l'Allemagne. — TOBIAS SCHWARZ / AFP

Ils sont inquiets et se mobilisent depuis plusieurs années pour tenter de bloquer le projet. Vendredi, des pêcheurs professionnels des Côtes d’Armor en ont appelé au président de la République pour lui demander « d’annuler » le projet de parc éolien en mer envisagé dans la baie de Saint-Brieuc. En gestation depuis des années, ce projet doit voir les premiers travaux débuter en mars. « L’Etat doit avoir l’ambition d’annuler ce projet » car « plusieurs années de concertation n’ont pas permis d’aboutir à la construction d’un projet qui serait en adéquation avec la préservation des ressources marines et des activités de pêche associées », écrit dans une lettre ouverte Alain Coudray.

Dans son courrier, le président du Comité départemental des pêches maritimes et des élevages marins des Côtes-d’Armor (CDPMEM) estime que sa profession se voit comme « un simple spectateur du déploiement des énergies marines ». Avant d’ajouter : « les pêcheurs ont été trahis ». Ces derniers reprochent notamment au porteur de projet, le groupe espagnol Iberdrola, à travers son antenne française Ailes Marines, de n’avoir pas respecté ses engagements en matière de concertation en vue de la programmation des travaux.

Un projet de 62 éoliennes à 200 m de haut

Ailes Marines est officiellement le porteur de l’actuel projet en mer, l’un des sept attribués par l’Etat depuis 2012, composé de 62 éoliennes de plus de 200 mètres de haut fixées au sol. Contrôlée lors de l’appel d’offres à 30 % par la caisse des dépôts et consignations et 70 % par Iberdrola, Ailes Marines est désormais à 100 % sous pavillon espagnol.

Inquiets de voir ce parc éolien offshore abîmer la ressource, les pêcheurs avaient proposé une alternative au projet Iberdrola en janvier et plaidaient pour un parc à hydrogène activé par la houle. Ils préviennent qu’ils mettront « tout en œuvre pour arrêter en toute légitimité ce projet ».