Israël : Une marée noire de goudron se déverse sur les côtes, les volontaires nettoient les plages

POLLUTION La catastrophe serait due au déversement de dizaines ou centaines de tonnes de goudron dans l’eau par un bateau

20 Minutes avec agences

— 

Des volontaires nettoient les plages d'Israël après une marée noire, fin février 2021.
Des volontaires nettoient les plages d'Israël après une marée noire, fin février 2021. — Heidi Levine/SIPA

Une marée noire est venue souiller ce week-end les côtes d’ Israël. Cette catastrophe, l’une des plus importantes de l’histoire du pays, est due au déversement de dizaines ou centaines de tonnes de bitume d’un navire, selon le ministère de l’Environnement.

Les autorités et des ONG ont ratissé ce dimanche les côtes le long de la Méditerranée. Les ministères de l’Environnement, de la Santé et de l’Intérieur ont appelé la population « à ne pas se rendre à la plage pour s’y baigner ou y faire du sport jusqu’à nouvel ordre », indique un communiqué conjoint.

Une baleine de 17 m retrouvée morte

Les volontaires, militaires, civils et membres d’ONG ont parcouru les côtes et ramassé le goudron échoué. « Nous devons regarder vers le futur », a déclaré la ministre de l’Environnement Gila Gamliel. « Cet événement et d’autres semblables à travers le monde nous montrent à quel point il est crucial de se détourner des énergies polluantes au profit des énergies renouvelables. »

Des vents puissants et des vagues inhabituellement hautes avaient secoué les côtes israéliennes la semaine dernière, favorisant le dépôt du goudron depuis Rosh Hanikra, près du Liban, jusqu’à Ashkelon, à la limite de la bande de Gaza. Un rorqual commun long de 17 m avait par ailleurs été découvert sur une plage près d’Ashkelon.

Ce dimanche, des experts ont recueilli des échantillons sur la baleine, qui a ensuite été inhumée dans le sable. Sa mort, initialement liée à la marée noire, serait en fait due à d’autres facteurs. Le cétacé de 25 tonnes serait en effet mort deux semaines avant la pollution au goudron, selon l’Autorité israélienne de la nature et des parcs.