Bordeaux : A quoi vont ressembler les mini-forêts urbaines plantées par la ville de Bruges ?

ENVIRONNEMENT La commune de Bruges va en implanter une douzaine dans les prochaines années

C.C.

— 

Douze mini-forêts urbaines vont être plantées à Bruges près de Bordeaux.
Douze mini-forêts urbaines vont être plantées à Bruges près de Bordeaux. — Lars Nissen Photoart / Pixabay
  • La ville de Bruges dans la banlieue de Bordeaux lance son projet de mini-forêt urbain cette semaine. Douze vont être plantées dans les prochaines années.
  • Deux premières feront 300 et 600 mètres carrés. Elles seront composées d’arbres qui « ont une croissance 10 fois plus rapide et qui prennent un mètre par an ».
  • Aucun mobilier urbain ne sera construit dans ces lieux ouverts.

Elles vont pousser comme des champignons. Au sens figuré et peut-être bientôt au sens propre. La ville de Bruges, dans la banlieue de Bordeaux, lance cette semaine son projet de mini-forêts urbaines dans le cadre de l’opération métropolitaine « 1 million d’arbres plantés sur le territoire ». En tout, douze vont voir le jour dans les mois et années à venir sur cette commune.

L’objectif est de créer des espaces de fraîcheur pour lutter contre le réchauffement climatique. Elles permettront « de réduire la température de plusieurs degrés et d’améliorer la qualité de vie, notamment en période de canicule », explique la mairie. A quoi ressemblent ces mini-forêts urbaines ?

Des arbres avec « une croissance 10 fois plus rapide »

Le concept est très simple : condenser une grande variété d’arbres, trois à cinq plants par mètre carré sur une parcelle préparée. Une parcelle par exemple de 300m² rue Jules Ladoumègue et de 600m²  rue Henri Bergson à Bruges. Elle se compose d’arbres qui « ont une croissance 10 fois plus rapide et qui prennent un mètre par an », précise Sébastien Bringtown, adjoint à la maire au cadre de vie et aux mobilités. D’autres végétaux vont également être plantés, ils respectent une certaine hauteur comme les arbres.

En revanche, la mairie « n’installera pas de mobilier urbain supplémentaire dans ces mini-forêts mais elle prendra à chaque fois en compte les aménagements déjà existants comme sur le site de Bergson. » Ces différents sites ne seront pas fermés comme peuvent l’être les squares ou les jardins publics. Sébastien Bringtown ajoute qu’il « n’y aura pas d’arrosage automatique » par exemple pour respecter la démarche écologiste du projet.

Pour le moment, la municipalité a prévu de planter deux mini-forêts par an mais cela pourrait s’accélérer, l’objectif global pouvant être revu à la hausse au fil de la mandature. L’opération, cofinancée par Bordeaux Métropole et la mairie de Bruges (à un tiers), s’élève à un peu plus de 430.000 euros.