Automobile : « Il y a un boom de l’électrique en Europe, mais l’hybride rechargeable en limite la portée »

INTERVIEW En 2020, la part des véhicules électriques représentait 10,5 % des ventes totales en Europe. Contre 3 % en 2019. De quoi se réjouir sur toute la ligne ? Diane Strauss, directrice France de Transport & Environnement, répond à « 20 minutes ».

Propos recueillis par Fabrice Pouliquen

— 

Une borne électrique à recharge rapide pour les propriétaires d une voiture électrique à Bordeaux.
Une borne électrique à recharge rapide pour les propriétaires d une voiture électrique à Bordeaux. — SERGE POUZET/SIPA
  • 1.365.000 véhicules électriques ont été vendus en Europe en 2020, représentant 10,5 % des ventes totales de véhicules. Contre 3 % en 2019.
  • Une bonne nouvelle à première vue pour l’ONG Transport & Environnement. Toutefois, ces 1.365.000 véhicules regroupent à la fois les véhicules 100 % électriques et les hybrides rechargeables. Et ce sont surtout ces derniers qui ont progressé en 2020.
  • C’est toute l’inquiétude de Transport & Environnement, qui attire l’attention sur les émissions CO2 réelles de certains de ces modèles hybrides, parfois bien supérieures à ce qui est annoncé. Diane Strauss, directrice France de l’ONG, répond à 20 Minutes.

Le cap du million est franchi. En 2020, il s’est vendu 1.365.000 véhicules électriques en Europe*, comptabilise Transport & Environnement, ONG européenne spécialisée sur les questions mobilités, dans un rapport publié ce lundi. Ce chiffre regroupe à la fois les ventes de véhicules 100 % électriques et les hybrides rechargeables. « Ces derniers sont équipés de deux moteurs – l’un thermique, l’autre électrique – et d’une prise pour recharger la batterie », détaille Diane Strauss, directrice France de Transport & Environnement.

C’est la première fois que les ventes de véhicules électriques dépassent la barre symbolique du million en Europe. La première fois, également, qu’elles dépassent les ventes réalisées sur le marché chinois [1.337.000 en 2020]. Surtout, le bond par rapport à 2019 est de taille. Les ventes de voitures électriques ont représenté l’an dernier 10,5 % des ventes totales d’automobiles en Europe. Contre 3 % un an plus tôt. De quoi se réjouir sur toute la ligne ? Diane Strauss répond à 20 minutes.

Le véhicule électrique est-il désormais en passe de sortir de l’anecdotique en Europe ?

Ces chiffres 2020 traduisent en tout cas une évolution progressive du marché de l’automobile vers le véhicule électrique en Europe, une tendance très importante à nos yeux. En 2019, il y avait un million de voitures électriques en circulation dans l’Union européenne. On a donc doublé cette flotte en 2020.

Ce bond s’explique principalement par l’entrée en vigueur, au 1er janvier 2020, des normes CO2. Elles imposent aux constructeurs que la moyenne des rejets d’émissions de CO2 de l’ensemble des voitures qu’ils ont vendues sur l’année ne dépasse pas 95 g/CO2 par km. Cette nouvelle règle les a poussés à vendre des véhicules électriques et à élargir leurs gammes en la matière. D’ailleurs, même sans l’entrée de nouvelles normes CO2, les marchés des véhicules électriques chinois et américains ont continué de progresser en 2020. D’autres facteurs concourent à cette progression. Le fait, par exemple, que de plus en plus de villes annoncent la création de zones à faible émission, qui visent à exclure les véhicules les plus polluants de leurs centres-villes.

Les véhicules hybrides rechargeables prennent une place de plus en plus importante dans le total des véhicules électriques vendus en Europe…

Dans plusieurs pays, il s’est en effet vendu en 2020 plus de véhicules hybrides rechargeable que de 100 % électriques**. C’est nettement le cas en Suède par exemple. Mais aussi en Allemagne où il s’est vendu 395.000 véhicules électriques en 2020, soit plus que dans toute l’Europe en 2019. Et sur cet ensemble, 50,76 % étaient des hybrides rechargeables et 49,24 % étaient des véhicules 100 % électrique. En 2019, le ratio était de 41,67 % pour les hybrides rechargeables et de 58,33 % pour les 100 % électriques.

En France, en revanche, les véhicules 100 % électrique restent devant***. Ils ont représenté 6,7 % des ventes en 2020 [tous véhicules confondus], contre 4,5 % pour les hybrides rechargeables. Cela s’explique notamment par le succès chez nous de la Renault Zoé, le véhicule électrique le plus vendu en France depuis 2013. Il s’en est écoulé 31.000 exemplaires encore l’an dernier.

Cette forte progression des hybrides rechargeables ternit-elle ce boom de l’électrique en 2020 ?

C’est effectivement un gros problème. Nous avions déjà alerté, cet automne, sur ces véhicules hybrides rechargeables dont les émissions de CO2 réelles sont, dans bien des cas, supérieures à ce que les constructeurs annoncent officiellement. Les moteurs électriques dont ils sont équipés sont souvent très petits et n’offrent qu’une très faible autonomie. De l’ordre de 50 km en condition de conduite optimale. Mais si on met le chauffage, la climatisation ou tout simplement si on est chargé, cette autonomie baisse encore, si bien que le véhicule est en mode thermique la majorité du temps.

On constate que certains constructeurs passent en hybride rechargeable leurs véhicules thermiques pour pouvoir continuer à les vendre. Ils vont se débrouiller pour que ces véhicules se comportent de manière à n’émettre que 50 g/CO2 par km lors des tests menés sur tapis, loin donc des conditions réelles de conduite. Cela baisse la moyenne des émissions de CO2 des véhicules qu’ils vendent. Ils peuvent même continuer à vendre des modèles bien plus émetteurs de CO2.

C’est tout le problème aujourd’hui. On peut certes se féliciter que les constructeurs se projettent de plus en plus sur l’électrique, mais il y a encore tout un travail réglementaire à faire pour favoriser l’achat de véhicules 100 % électrique et éviter ces dérives sur les hybrides rechargeables.

Est-ce la direction prise en France ? Un décret, paru ce week-end, oblige par exemple les concessionnaires d’autoroutes à installer une station de recharge sur toutes les aires de service avant 2023…

Cela va dans le bon sens, oui. Les normes européennes CO2, qui devraient être renforcées encore en juin prochain, vont contraindre les constructeurs européens à vendre toujours plus de véhicules électriques. Si le réseau de bornes de recharge ne s’étoffe pas en conséquence, cela deviendra très vite problématique. Tant mieux donc si la France prend les devants, d’autant qu’il n’y a pas à ce jour d’objectif contraignant sur le déploiement de ces bornes au niveau européen.

Mais il ne suffit pas d’avancer sur les infrastructures. Il est tout aussi urgent de fixer un cap ambitieux aux industriels de l’automobile pour faire cette transition du thermique au 100 % électrique. Sur ce point, la loi Climat et Résilience que prépare le gouvernement loupe totalement le coche. Le principal article sur ce point prévoit que les voitures rejetant plus de 123 g/Co2 par km soient interdites à la vente au 1er janvier 2030. C’est tellement anecdotique que cela est surprenant. Cela concernerait à peine 4 % des véhicules vendus aujourd’hui. Pour rappel, la France prévoit la fin de la vente des véhicules thermiques en 2040. Dans le même temps, le Royaume-Uni a fixé à 2030 la fin de la vente des véhicules thermiques et jusqu’à 2035 la possibilité de vendre des véhicules thermiques rechargeables.

*A noter que Transport & Environment inclut dans ce chiffre les ventes de véhicules électriques au Royaume-Uni et dans les pays de l’Association européenne de libre-échange (Suisse, Norvège, Islande…)

** Au Portugal, en Espagne, en Grèce, en Pologne, aussi, il s’est vendu plus de véhicules hybrides rechargeables que de 100 % électriques l’an dernier.

*** En 2020, il s’est vendu en France 185.720 véhicules électriques, ce qui en fait le second marché européen sur le véhicule électrique derrière l’Allemagne, note Transport & Environment. Sur ces 185.720 véhicules, 40,16 % étaient des hybrides rechargeables et 59,84 % des 100 % électriques. Si elle reste encore minoritaire, la part des hybrides rechargeables progresse. Sur les 61.384 véhicules électriques vendus en 2019 en France, 30,29 % étaient ainsi des hybrides rechargeables et 69.71 % des véhicules électriques.