Bretagne : Une navette à la voile entre Quiberon et Belle-Ile bientôt en service

MER Porté par la jeune société Iliens, le projet de liaison maritime à bord d’un catamaran doit être lancé pour les vacances de Pâques

Jérôme Gicquel
— 
Le catamaran pourra transporter 67 passagers avec trois rotations quotidiennes.
Le catamaran pourra transporter 67 passagers avec trois rotations quotidiennes. — Iliens
  • Quatre marins bretons vont lancer au printemps une navette à la voile entre Quiberon et Belle-Ile.
  • La traversée n’est pour l’heure assurée que par les navires de la compagnie Océane.
  • Leur catamaran pourra transporter 67 passagers et assurera trois rotations quotidiennes.

Ils sont prêts à mettre les voiles, direction la Méditerranée où les attend leur catamaran. Si une banque accepte de les suivre dans l’aventure, leur projet de liaison maritime entre Quiberon et Belle-Ile dans le Morbihan se concrétisera dans le courant du printemps. « On vise les vacances de Pâques pour la première traversée », souligne Léon Passuelo.

Les quatres associés d'Iliens sont prêts à lancer leur liaison à la voile entre Quiberon et Belle-Ile.
Les quatres associés d'Iliens sont prêts à lancer leur liaison à la voile entre Quiberon et Belle-Ile. - Iliens

Agé de 34 ans, le skipper breton, associé à trois autres marins et à des investisseurs, a lancé l’an dernier la société Iliens, hébergée dans un incubateur à Plouharnel. La toute jeune compagnie maritime veut proposer une solution alternative pour rejoindre Belle-Ile au départ de Quiberon, la traversée n’étant pour l’heure assurée que par les navires de la compagnie Océane. « On veut faire vivre aux passagers l’expérience de naviguer sur un catamaran », indique Léon Passuelo.

Trois rotations quotidiennes et 67 passagers à bord

Le projet se veut aussi écologique avec une liaison maritime presque totalement décarbonée. « On pense pouvoir faire plus de 80 % du temps de trajet à la voile », souligne-t-il. Pour respecter les horaires d’arrivée et la fréquence des rotations, l’équipage devra tout de même utiliser un moteur à diesel dans un premier temps. « Mais on ambitionne de passer vite à une motorisation 100 % décarbonée grâce à un système d’hydrogénération », détaille le skipper.

D’ici quelques semaines, 67 passagers pourront donc monter à bord de leur catamaran qui assurera jusqu’à trois rotations quotidiennes jusqu’au mois d’octobre. La traversée pour rejoindre la plus grande des îles bretonnes durera environ une heure et demie, soit 45 minutes de plus que par ferry. « Mais l’expérience ne sera pas la même et ne sera pas beaucoup plus chère », assure Léon Passuelo.

La traversée aller-retour proposée par Iliens devrait coûter 40 euros, contre 35 euros pour la compagnie Océane pendant la haute saison. « On ne va pas non plus les concurrencer mais avec les centaines de milliers de visiteurs qui viennent chaque année à Belle-Ile, il y a de la place pour une offre alternative », indique le marin, prêt à larguer les amarres.