Pourquoi va-t-il faire si froid cette semaine dans la moitié nord de la France ?

GLA-GLA Dans le nord du pays, la température ressentie pourra descendre jusqu’à – 15 degrés

Jean-Loup Delmas

— 

Un grand froid déferle sur une partie de la France
Un grand froid déferle sur une partie de la France — Guy Bell/Shutterstock/SIPA
  • Cette semaine, il va faire très (très) froid dans la moitié du nord de la France.
  • Des températures extrêmement basses venues de l’Europe centrale, combinées à une dépression de l’Atlantique nous attendent.
  • Une vague néanmoins plus locale que nationale, et qui devrait vite se dissiper.

Une vague de froid touche le nord de la France depuis ce lundi, a frappé  la Bretagne et l’Est ce mardi, et devrait continuer à faire chuter les températures jusqu’à la fin de la semaine dans toute la moitié nord du pays. Météo-France a déjà placé 23 départements, principalement bretons, du Nord et de l’Est, en vigilance neige verglas, et deux autres en vigilance grand froid. Ainsi, ce mardi matin, dans le Nord, les températures ressenties alternaient entre – 10 et – 15 degrés, et dans la partie haute de la France, de la Bretagne à l’Est en passant par Paris, entre – 5 et – 10 degrés. 20 Minutes vous explique pourquoi nous sommes nombreux à grelotter.

Que se passe-t-il ?

Ces températures extrêmement basses s’expliquent par une dépression d’air froid venu de l’Europe centrale, principalement de la Scandinavie, qui après être passé par le nord de l’Europe, notamment les Pays-Bas, déferle sur la France de haut en bas. Cet air froid est responsable de températures absolument glaciales dans d’autres pays européens : des températures réelles de – 15 à – 20 degrés dans certaines régions allemandes et jusqu’à – 25 aux Pays-Bas (à néanmoins relativiser car les températures de saison sont déjà de – 10/– 15 degrés en temps normal).

La France est prise en étau entre cette masse d’air froid venu de l’Est et une autre dépression, arrivée cette fois de l’Atlantique. Cette dépression venue de l’océan est particulièrement humide, ce qui combinée au froid, devrait entraîner de nombreuses chutes de neige. Prise entre le marteau glacial et l’enclume polaire, une partie du pays va connaître « plusieurs jours de grand froid », prévient Patrick Galois, prévisionniste à Météo-France, alors que la dépression venue du Nord se déplace très vite. Le froid devrait quand même durer quelques jours, en raison notamment des sols enneigés causés par la combinaison des deux vagues d’air, sols qui refroidissent la température et entretiennent le froid déjà en place.

Jusqu’à quand cela devrait-il durer ?

Comme annoncé, dès ce dimanche après-midi, les températures « devraient être très majoritairement au-dessus de zéro », rassure Patrick Galois, une fois que les deux dépressions seront passées et que les sols enneigés fondront, perdant leur effet catalyseur de température. La semaine prochaine, « les températures seront même au-dessus des moyennes de saison », souligne le prévisionniste, grâce cette fois-ci à des courants d’air chaud et doux.

Peut-on parler d’une vague de froid nationale ?

Pas du tout, dédramatise Patrick Galois. Une vague de froid nationale est définie par un événement d’une durée minimale de trois jours durant laquelle la température nationale descend en dessous des – 2 degrés. Or, cela ne devrait pas être le cas ici, car le sud de la France épargné par les températures négatives. Alors qu’il fera – 1 degré à Paris, ressenti – 5, il fera ainsi 14 degrés à Perpignan ce mardi après-midi par exemple. Le Sud « bénéficie, lui, de courants d’origine océanique, porteurs d’un air chaud, et déjà au-dessus des moyennes saisonnières ». Ces courants opposés créeront ainsi de grosses différences de températures parfois sur des zones très proches. « Entre le Centre et la Picardie, soit environ 200 kilomètres, il pourra y avoir un écart de températures de dix degrés », note le prévisionniste. Dans le Nord, où les températures seront tout de même très froides, « cela n’a rien à voir avec ce que vivent certains pays européens depuis quelques jours », tempère-t-il. Les Français, trop frileux ?