Île de Ré : Une baleine à bec de Cuvier découverte échouée sur une plage

ANIMAUX La femelle de sept mètres de long pour un poids d’environ trois tonnes a été disséquée par des experts du réseau d’échouage Pelagis

Elsa Provenzano

— 

C'est le troisième échouage de ce type de baleine sur l'île de Ré en 70 ans.
C'est le troisième échouage de ce type de baleine sur l'île de Ré en 70 ans. — Dominique Chevillon / Ré Environnement
  • Une baleine à bec de Cuvier s’est échouée il y a quelques jours sur une plage de l’île de Ré.
  • Il est assez rare de pouvoir observer cet animal des profondeurs, pourtant commun dans le golfe de Gascogne.
  • Les experts du réseau national d’échouage Pelagis ont disséqué la baleine sur la plage mais la cause du décès n’a pas pu être déterminée.

C’est une drôle de baleine qui a été retrouvée il y a quelques jours sur la plage des Granges de l’île de Ré.

« C’est la troisième baleine à bec de Cuvier (Ziphius cavirostris) à s’échouer en soixante-dix ans sur l’île de Ré », précise Dominique Chevillon, président de l’association Ré Environnement, qui fait partie du réseau national d’échouage Pelagis.

La baleine à bec a été disséquée par des experts du réseau Pelagis.
La baleine à bec a été disséquée par des experts du réseau Pelagis. - Dominique Chevillon / Ré Environnement

Cet échouage a été l’opportunité pour le réseau d’en apprendre davantage sur cette baleine à dents (et pas à fanons), considérée comme commune dans le golfe de Gascogne. « On l’appelle aussi baleine à bec d’oie car elle n’a pas du tout un museau allongé mais plutôt quelque chose qui ressemble à un rostre de dauphin », explique Dominique Chevillon.

Le cadavre comportait des traces d'hématomes, sans que la cause du décès puisse être déterminée.
Le cadavre comportait des traces d'hématomes, sans que la cause du décès puisse être déterminée. - Dominique Chevillon / Ré Environnement

Des hématomes sur le corps de l’animal

Ce sont des animaux des profondeurs, que l’on retrouve entre moins 1.500 et moins 3.000 mètres, et qui se nourrissent de céphalopodes comme les grands calamars. Une dissection de cette baleine adulte d’un peu moins de 7 mètres pour un poids d’environ 3 tonnes à 3,5 tonnes a été dirigée par des spécialistes du réseau Pelagis, sur la plage et il a été découvert de petits calamars dans son estomac. « Des traces d’hématome ont été constatées mais il est très difficile de diagnostiquer la cause du décès qui remontait à deux ou trois jours, souligne Dominique Chevillon. Souvent ces baleines meurent heurtées par des navires. »

La baleine à bec de Cuvier est une espèce qui affectionne les profondeurs.
La baleine à bec de Cuvier est une espèce qui affectionne les profondeurs. - Dominique Chevillon / Ré Environnement

Comme il est rare d’observer à loisir ces mammifères marins dans leur milieu, les échouages sont une opportunité pour les naturalistes. « C’est par les échouages qu’on a pu faire progresser la connaissance sur ces animaux, sur leur anatomie par exemple », souligne le président de Ré Environnement qui met en avant la pertinence du réseau national d’échouage, un outil unique dont tous les pays ne disposent pas.