Pyrénées : Après les images hallucinantes d’une montagne en mode Sahara, des chercheurs en quête d’échantillons

EXCEPTIONNEL Avec les fameuses pluies de sable du Sahara, les Pyrénées ont vu la vie en rose samedi, donnant lieu à des images inédites. Le phénomène est si rare que des chercheurs appellent à collecter des échantillons

Hélène Ménal

— 

Vue satellite de la chaîne des Pyrénées le samedi 6 février 2021.
Vue satellite de la chaîne des Pyrénées le samedi 6 février 2021. — Copernicus - Union euroépenne - Compte Twitter

Rien à voir avec la fine pellicule de sable qui encrasse habituellement les pare-brise. Le phénomène météo de pluie du Sahara qui a touché une partie de la France samedi 6 février en raison d’une remontée d’air chaud venu d’Afrique du nord a donné des images impressionnantes, en particulier dans les blanches Pyrénées qui ont revêtu leur manteau rose (ou marronnasse si vous êtes réfractaires à la poésie).

Pour preuve de l’ampleur du phénomène, les clichés satellites postés ce dimanche de Copernicus, le programme d’observation de la Terre de l’Union européenne. Comme dans les pires scénarios de réchauffement climatique, le parc naturel des Pyrénées ariégeoises y prend des allures de désert du Nevada.

Plus près du sol, des skieurs ont dévalé avec bonheur des pentes ocre, des randonneurs se sont amusés à laisser des empreintes de pas blanches dans de la poudreuse orange. Les meilleures vidéos, compilées notamment sur l’incontournable compte twitter de Météos Pyrénées, atteignent des dizaines de milliers de vues.

Des chercheurs ont besoin de vous

L’événement est tellement rare que des chercheurs du Centre d'études spatiales et de la biosphère (Cesbios – CNRS) appellent les randonneurs dominicaux à recueillir des échantillons pour eux, dans les Pyrénées comme dans les Alpes. L’idée est de quantifier la quantité de sable tombée au mètre carré.

Alors, si vous prévoyez de prendre un bol d’air frais, n’oubliez pas votre sac de congélation et votre brique de lait bricolée ou votre pot de confiture vide.