Ursula von der Leyen réclame un « accord de Paris » pour la biodiversité

NATURE La COP15 sur la biodiversité doit se tenir cette année à Kunming en Chine

20 Minutes avec AFP

— 

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. — Francisco Seco/AP/SIPA

A l’image de l’accord de Paris conclu en 2015 pour le climat, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a réclamé, ce mardi devant le Forum économique mondial de Davos, un pacte international pour préserver la biodiversité. « Nous avons beaucoup parlé des liens entre la perte de biodiversité et le Covid. Nous devons maintenant passer à l’action », a-t-elle déclaré.

« Si nous n’agissons pas de toute urgence pour protéger notre nature, la prochaine pandémie sera au coin de la rue », a-t-elle ajouté, réclamant « un "accord de Paris" pour la biodiversité ». La COP15 sur la biodiversité, qui se tiendra cette année à Kunming en Chine, devra être « comme la COP21 l’a été pour le climat », avec « la même ambition au niveau mondial », a-t-elle insisté. Ursula von der Leyen a également annoncé que sa Commission proposerait « une législation pour garantir que le marché de l’UE n’entraîne pas la déforestation à l’autre bout du monde ».

Elle présentera aussi « un cadre juridique pour la restauration d’écosystèmes sains ». « Si les températures continuent à augmenter et que la nature continue à disparaître, nous verrons davantage de catastrophes naturelles et de maladies », a poursuivi la dirigeante allemande. « Quand nous perdons des forêts, on ne perd pas juste un espace vert ou de l’habitat naturel. Nous perdons un allié clé dans notre lutte contre le changement climatique », a-t-elle dit.