Biodiversité : Le castor, quasi disparu il y a 100 ans, revient peupler les rivières françaises

ANIMAUX Chaque jour, « 20 Minutes » vous conseille une vidéo réalisée par son partenaire Brut

Stéphane Leblanc

— 

Uncastor photographié en janvier 2021 aux Etats-Unis dans le Tennessee
Uncastor photographié en janvier 2021 aux Etats-Unis dans le Tennessee — David Crigger/AP/SIPA

Il n’en restait que quelques dizaines en France. Un siècle après le début des politiques de conservation, des dizaines de milliers de castors ont repeuplé les rivières françaises. Pourtant, ce n’était pas gagné pour cet animal, essentiel à la biodiversité, chassé pendant des siècles car considéré comme nuisible, avant d’être convoité par les mêmes chasseurs pour son  castoréum.

Castoréum, quèsaco ? « C’est une substance que le castor sécrète pour marquer son territoire, qui est très odorante et qui était utilisée en pharmacologie traditionnelle, en parfumerie aussi », explique Yoann Bressan, chef de projets petits et moyens carnivores semi-aquatiques et castors à L’Observatoire français de la biodiversité, interrogé par notre partenaire Brut.

Heureusement, en 1909, après plus de trois siècles de chasse intensive, et alors qu’il ne reste plus que quelques dizaines d’individus dans l’Hexagone, l’animal devient la première espèce de mammifère à bénéficier d’une mesure de protection en France. « A partir de là, l’espèce a pu commencer à recoloniser ses anciens territoires », raconte Yoann Bressan. Et on en compte aujourd’hui plusieurs dizaines de milliers.